RMC

Il avait attaqué une pizzeria à la voiture-bélier et tué une fillette en 2017: David P. jugé à partir de ce mardi

RMC
David P. passe devant les Assises de Seine-et-Marne ce mardi qui tenteront de comprendre son geste toujours inexpliqué.

Le 14 août 2017, David P., lançait sa voiture à pleine vitesse dans une pizzeria à Sept-Sorts, en Seine-et-Marne. Près de 4 ans après, il est jugé à partir de ce mardi pour assassinat et tentative d'assassinat devant les Assises de Melun (Seine-et-Marne).

Une douzaine de personnes avaient été blessées, dont certaines grièvement. Cette attaque à la voiture-bélier avait surtout provoqué la mort d'une jeune fille de 13 ans, Angela Jakov. Les motivations et la raison du passage à l'acte de David P. restent floues.

La famille de cette jeune fille sera bien évidemment présente au procès en tant que partie civile. François Mazon, l'avocat de la famille Jakov, estime que la préméditation ne peut être remise en doute.

Il loue une puissante berline trois jours avant de la lancer sur la terrasse de la pizzeria

En 3 ans et demi, l'enquête à permis d'en savoir beaucoup plus sur le mode opératoire de David P.. Il reste donc encore quelques zones d'ombres à éclaircir durant ce procès. Jugé pour assassinat et tentative d'assassinat, la justice estime que David P. aurait prémédité son acte.

Il loue cette puissante berline BMW trois jours avant de la lancer sur la terrasse de la pizzeria et de finir à l'intérieur du restaurant, tuant une jeune fille de 13 ans et blessant grièvement des dizaines de clients.

Mais le véritable mobile de David P. reste encore flou. Etait-il atteint d'un déséquilibre psychologique? Quel rôle ont joué les stupéfiants retrouvés dans son sang ? Questions qui devraient trouver des réponses lors des nombreuses expertises psychiatriques qui animeront ces trois semaines d'audience.

David P. encourt la réclusion à perpétuité. Les avocats des parties civiles, notamment celui des parents de la jeune fille tuée, espèrent que la cour d'Assises sera à la hauteur de la gravité des faits.

Maxime Levy (avec J.A.)