RMC

Immeuble effondré à Sanary-sur-Mer: une personne retrouvée morte

-

- - -

Au moins une personne est décédée ce mardi matin à Sanary-sur-Mer (Var), après l'effondrement d'un immeuble.

Sanary-sur-Mer s'est réveillé sous le choc ce mardi matin. Après une explosion et l'effondrement d'un immeuble près du port, une personne a été retrouvée morte dans les décombres ce mardi matin, comme indiqué par BFMTV. Il s'agit d'un homme de 30 ans. 

Au moins six personnes, dont un bébé, ont été blessées et deux étaient toujours recherchées. L'explosion qui pourrait avoir été causée par un problème de gaz alors que de multiples témoignages, dont celui de Christel, auditrice RMC, faisaient état d'une odeur de gaz dans le quartier.

"Une femme et son bébé ont été extraits conscients des décombres mais ont des blessures liées au traumatisme et à l'explosion et un homme inconscient, donc considéré comme blessé, est en cours d'extraction", a précisé à l'AFP un des officiers de communication des pompiers du Var.

Trois autres personnes blessées légèrement avaient elles pu être transportées à l'hôpital peu après l'arrivée des secours. Deux autres personnes sont toujours recherchées dans les décombres et n'ont pas encore été localisées par les secours.

"Nous avons mis plus de deux heures à sortir le bébé"

Les secours, dont deux équipes cynophiles et des groupements spécialisés dans les sauvetages déblaiement ou en milieu périlleux, fouillent sans relâche et avec précaution les décombres.

"Nous avons mis plus de deux heures à sortir le bébé. Il est actuellement pris en charge par des équipes du Samu qui sont sur place. Il va bien", a précisé lors d'un point presse le colonel Eric Grohin, chef des sapeurs-pompiers du Var.

Pour retrouver le bébé "que l'on entendait crier, le chien a marqué tout de suite (sa position) et cela nous a permis de faire un tunnel pour aller le chercher et on a réussi à le ressortir", a-t-il ajouté.

L'explosion a eu lieu vers 3h50 du matin, entendue à huit kilomètres à la ronde, selon des policiers sur place.

La rédaction avec AFP