RMC

Incidents au Stade de France: "Il faut que l'Etat reprenne la main sur la sécurité de l'Euro"

Le dispositif de sécurité prévu par l'UEFA pour l'Euro2016 et testé samedi soir au Stade de France doit être abandonné a estimé sur RMC ce mardi Stéphane Peu, maire adjoint de Saint-Denis. Samedi, de nombreux spectateurs ont pu pénétrer dans le stade sans être contrôlés.

Le dispositif de sécurité samedi soir "a été un fiasco". Stéphane Peu, maire adjoint de Saint-Denis, commune sur laquelle se situe le Stade de France était présent pour observer le premier le dispositif mis en place par l'UEFA, l'organisateur des matches de l'Euro2016. Un mur grillagé qui maintient les spectateurs à l'intérieur de l'enceinte et 4 portes contre 24 habituellement ont été mis en place. Mouvements de foule, supporters coincés dans une zone de contrôle, fumigènes dans le stade, de nombreux dysfonctionnements ont été constatés

"Je vais au stade depuis qu'il existe, c'est la première fois que des spectateurs rentrent dans le stade sans être fouillés", déplore Stéphane Peu pour qui un précédent dispositif avait pourtant fait ses preuves.

Un dispositif motivé par un but mercantile? 

"Depuis les attentats du 13 novembre, la préfecture de police avait expérimenté un dispositif avec une double palpation qui avait très bien fonctionné", explique-t-il. Une première fouille avait lieu en amont du stade puis à chaque entrée de l'enceinte. Depuis novembre, six rencontres ont été sécurisées avec les mesures mises en place pour la préfecture de police, sans incident. Stéphane Peu s'interroge sur les réelles motivations de l'organisateur de l'Euro de football.

"Nous pensons que l'Euro a été davantage guidé par la volonté de sanctuariser un espace commercial et d'attente (...). Il faut revenir au dispositif de la préfecture de police. Ce que nous ne comprenons pas c'est à quel point l'Euro impose ses désidératas dans tous les domaines. Il faut que l'Etat reprenne la main sur la sécurité de l'Euro", martèle-t-il.

Un sujet trop sérieux "pour le laisser aux marchands"

Lundi, Bernard Cazeneuve a fait part de sa volonté de "corriger sans tarder les dysfonctionnements constatés" et admis que les dispositifs précédents "s'étaient avérés particulièrement efficaces". Des propos qui ont "rassuré" Stéphane Peu. Mais ce mardi Jacques Lambert, président du comité d'organisation de l'Euro2016 explique dans Le Parisien que le dispositif de l'UEFA n'était pas complet samedi, se poursuivra et sera amélioré.

Il "s'assoie littéralement sur les propos du ministre de l'Intérieur", estime Stéphane Peu. "Est-ce qu'on va laisser l'Euro, qui sont quand même des marchands et des organisateurs de spectacles prendre la main sur la sécurité? C'est un sujet trop sérieux pour le laisser aux marchands", défend l'adjoint au maire de Saint-Denis à quelques semaines du début de la compétition. 

Carole Blanchard