RMC

Incidents au Stade de France: "Je reconnais mon pays" ironise Joëlle Dago-Serry

Dans "Les Grandes Gueules" ce lundi sur RMC et RMC Story, Joëlle Dago-Serry a expliqué avec ironie ne pas avoir été surprise par les incidents au Stade de France samedi, avant la finale de la Ligue des champions.

C’est malheureusement devenu une mauvaise habitude sur de grands matchs de foot, en France, ces derniers mois. Des incidents ont eu lieu samedi soir avant la finale de la Ligue des champions entre le Real Madrid et Liverpool. Et le coup d’envoi a dû retardé d’une trentaine de minutes. En cause, l’afflux de supporters anglais, un système de pré-filtrage qui est levé et des vols, des agressions ou encore des intrusions dans l’enceinte du Stade de France, à Saint-Denis. Avec, en guise de première conclusion, l’affirmation par le gouvernement et la préfecture que l’origine des problèmes est liée à une massive fraude aux faux billets, au nombre de "30.000 à 40.000" selon les ministères de l’Intérieur et des Sports. Ce que contredisent certains observateurs.

Rien de surprenant pour Joëlle Dago-Serry. "Je ne sais pas de quoi on se plaint, parce qu’on a été très bon dans tout ce qu’on sait faire de mieux, a ironisé la coach de vie dans ‘Les Grandes Gueules’ ce lundi sur RMC et RMC Story. La grève, le manque d’organisation et d’anticipation, la naïveté et la mauvaise foi : on était vraiment dans notre domaine d’expertise. Je suis très contente, je reconnais mon pays (rires). Le contraire m’aurait étonnée. En trois mois, c’est bien, on a bien travaillé."

"On aurait dû l’anticiper"

Plus sérieusement, la Dionysienne déplore l’absence d’anticipation sur l’organisation de cette finale, que la France a récupéré après le déclenchement de la guerre en Ukraine, alors qu’elle devait avoir lieu à Saint-Pétersbourg (Russie). Une grève avait été annoncé sur le RER B, reportant le trafic sur le RER D. "Je crois qu’on met un peu trop de responsabilités sur ces pauvres grévistes, explique Joëlle Dago-Serry. Je vis à Saint-Denis, c’est la plus grosse ville de la Seine-Saint-Denis. Il y a deux lignes de métro, deux tramways, deux RER, un Transilien, des bus à n’en plus finir… Le RER B, ce n’est pas la seule porte d’entrée de Saint-Denis. Pour rentrer à Saint-Denis, il y a des trous partout. On aurait dû l’anticiper."

"On sait très bien qu’on n’est pas très efficace dans le maintien de l’ordre, estime Joëlle Dago-Serry. A quel moment on commence à réfléchir sur monsieur Darmanin, monsieur Lallement, ce duo de choc. On a quelques problèmes sur le maintien de l’ordre, sur l’anticipation. Il faut quand même se questionner : est-ce qu’on a vraiment un bon duo ?" "Gérer 80.000 personnes au même endroit, sur une finale, ça reste un défi, souligne pour sa part le consultant Laurent Magnin. Le moindre pépin en terme d’organisation, la sanction est immédiate. En 2022, imaginer que 20.000 personnes peuvent se pointer avec des billets en papier, c’est insensé ! On met en danger les gens."

LP