RMC

L'agresseur d'Yvan Colonna explique son geste par un "blasphème" du détenu corse

L'agresseur du militant indépendantiste corse purgeait depuis 2016 une peine de neuf ans d'emprisonnement pour "association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un acte de terrorisme".

Comme indiqué par l'AFP et confirmé par RMC, l'agresseur d'Yvan Colonna a expliqué son geste aux enquêteurs par un "blasphème" qu'aurait commis le détenu corse, actuellement entre la vie et la mort après avoir été violemment frappé mercredi au sein de la prison d'Arles où il était incarcéré. Selon les informations de RMC lui "aurait mal parlé de Dieu".

L'homme qui a attaqué Yvan Colonna s'appelle Franck Elong Abé. C'est un Camerounais de 36 ans présenté comme un "jihadiste", qui purge depuis 2016 une peine de neuf ans d'emprisonnement pour "association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un acte de terrorisme".

Dans le coma

Le parquet national antiterroriste (Pnat) s'est saisi jeudi de l'enquête sur la violente agression du militant indépendantiste, qui doit permettre de prolonger de 96 heures la garde à vue de Franck Elong Abé, pour "tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste". 

Yvan Colonna, 61 ans, était toujours dans le coma jeudi matin à Marseille, dans un état stable. Il avait été condamné à la perpétuité pour l'assassinat du préfet Claude Erignac en 1998.

>> A LIRE AUSSI - Agression d'Yvan Colonna dans la prison d'Arles: ce que l'on sait

Maxime Levy (avec G.D.)