RMC

Le meurtrier présumé de Victorine entendu pour une affaire de viol

RMC
Ludovic Bertin, déjà mis en examen pour meurtre précédé d'une tentative de viol sur la jeune Victorine, a été sorti de sa maison d'arrêt pour être placé en garde à vue et entendu ce mardi.

L'homme suspecté d'avoir tué l'étudiante Victorine Dartois, en septembre à Villefontaine en Isère, a été placé en garde à vue quelques heures mardi dans une affaire de viol, a indiqué le parquet de Grenoble.

Ludovic B., 25 ans, a été extrait mardi matin de la maison d'arrêt où il est actuellement écroué pour être interrogé dans le cadre d'une enquête préliminaire après le récent dépôt de plainte d'une jeune femme.

En 2020, une jeune fille a porté plainte contre lui pour des faits de viol qui auraient été commis en 2018 alors qu'elle avait 20 ans.

Ludovic Bertin est sorti de garde à vue à 15h, et a réintégré sa cellule, explique le parquet de Grenoble. Il ajoute que le mis en examen " a souhaité faire usage de son droit à garder le silence" pendant son audition.

Il a nié tout mobile sexuel

Ludovic B, un gérant d'entreprise qui habitait près de chez la victime Victorine, mais ne la connaissait pas, a été mis en examen le 15 octobre pour meurtre précédé d'une tentative de viol après avoir avoué une partie des faits, pour lesquels il encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Le corps de l'étudiante en BTS communication avait été retrouvé sans vie dans un ruisseau le 26 septembre.

>> A LIRE AUSSI - Mort de Victorine: pourquoi les aveux du suspect laissent les enquêteurs perplexes

En garde à vue, Ludovic B. a nié tout mobile sexuel, affirmant avoir croisé la victime lors d'un footing, alors qu'elle rentrait au domicile familial à pied. Après une bousculade involontaire, puis une dispute, il aurait "paniqué" et "serré le cou" de l'étudiante avant de déposer son corps inanimé dans un torrent.

La disparition et la mort de Victorine Dartois ont suscité une forte émotion à Villefontaine, où près de 6000 personnes lui ont rendu hommage le 4 octobre lors d'une marche blanche. Trois jours plus tard, plus d'un millier de personnes ont assisté à ses funérailles à Bourgoin-Jallieu.

Maxime Brandstaetter avec Guillaume Descours