RMC

Les policiers réclament des effectifs pour mieux recevoir les victimes de violences conjugales: "Sinon, ce sera au détriment d'autres missions"

Denis Jacob, secrétaire général du syndicat Alternatives Police CFDT, explique sur RMC qu'il faudra des moyens pour appuyer les mesures annoncées par Gérald Darmanin dimanche.

Une femme de 48 ans a été tuée par arme blanche dimanche par son conjoint à Calmont dans l'Aveyron. Ce dernier, retrouvé grièvement blessé, a été hospitalisé. Il aurait tenté de se suicider. C'est le 70e féminicide cette année selon le collectif "Féminicides par compagnons ou ex".

Un nouveau féminicide, alors que Gérald Darmanin a annoncé dimanche soir des mesures supplémentaires pour tenter d'endiguer les violences intra conjugales.

Le ministre de l'Intérieur annonce au Parisien notamment la mise en place dans chaque commissariat de France d'un officier spécialisé dans les violences conjugales qui devra s’assurer du suivi des dossiers.

"Partout en France, le traitement des plaintes pour violences conjugales sera prioritaire"

Une application pour faciliter les signalements de violences conjugales, sera créée à la rentrée, "l’objectif est que 100 % des constatations se transforment en plainte ou en signalement à la justice" avance Gérald Darmanin.

Dès ce lundi, le ministre de l'Intérieur exige aussi "que partout en France, le traitement des plaintes pour violences conjugales soit prioritaire. C’est-à-dire qu’elles soient traitées devant toutes les autres: devant les cambriolages, devant les stupéfiants, devant les vols à la tire."

"On déshabille Pierre pour habiller Paul"

Denis Jacob, secrétaire général du syndicat Alternatives Police CFDT, n'est pas contre un meilleur traitement et suivi des violences conjugales, mais il faut que les moyens et les effectifs suivent.

"La police nationale peut toujours s'adapter et créer de nouvelles brigades spécialisées. Mais c'est toujours au détriment d'une autre mission.
Il y a également la question de la formation. On ne forme pas un policier en deux semaines sur des questions de violences conjugales. Il y a l'accueil de la victime, le sens de psychologie. Et une fois de plus ce seront des effectifs pris sur d'autres missions, donc on déshabille Pierre pour habiller Paul", regrette-t-il.
Maxime Levy (avec J.A.)