RMC

Livreur mort après une interpellation à Paris: pour les proches de la victime, le rapport d'autopsie confirme une "bavure policière"

Selon l'autopsie, c'est une asphyxie avec fracture du larynx qui a entraîné la mort de ce livreur. Il avait été interpellé de force par des policiers, vendredi matin. Sur des vidéos, on constate que l'interpellation a été musclée avec des policiers qui ont du immobiliser l'homme à terre.

Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire mardi après la mort de Cédric motard de 42 ans, décédé à l’hôpital dans la nuit de samedi à dimanche après un incident cardiaque. L’homme avait été hospitalisé suite à son arrestation par des policiers, vendredi matin. Selon le rapport d’autopsie, la mort est due à une asphyxie avec fracture du larynx.

Pour les proches de la victime, cette autopsie confirme que c'est l'action des policiers qui a entraîné la mort de Cédric. Dans de courtes vidéos, tournées par des témoins, on le voit d'abord filmer nerveusement des agents avec son portable. Les fonctionnaires le repoussent, puis, dans un autre extrait, l'homme est au sol, casqué, il se débat alors que trois policiers sont sur lui, puis il ne bouge plus. 

"Des questions légitimes", selon Castaner

De leur côté, les policiers ont expliqué à leur hiérarchie que l'homme avait un comportement provocant qu'ils ont alors décidé de l'interpeller pour outrage. C'est là que l'homme de 42 ans aurait trébuché entraînant d'après eux dans sa chute un des gardiens de la paix. 

Puis les fonctionnaires expliquent qu'une fois au sol après une lutte pour le menotter, ils pensent que l'homme simule un malaise avant de constater que son visage est bleu. L'enquête va se poursuivre, notamment pour déterminer les circonstances exactes de cette intervention policière.

Pour Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, ces résultats "soulèvent des questions légitimes, auxquelles des réponses devront être apportées en toute transparence."

Jean-Baptiste Bourgeon avec Guillaume Descours