RMC

"Mentalement, je suis KO": un mois après une agression raciste, un livreur attend le jugement de son agresseur

TEMOIGNAGE RMC - Dieugrot Joseph, père de famille de 41 ans, est toujours traumatisé par son agression à Cergy et attend que la justice fasse son travail pour reprendre une vie normale.

La ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa reçoit ce jeudi les plateformes de livraison pour échanger sur la protection des livreurs face aux agressions. Comme celle qui s'est déroulée le 30 mai dernier à Cergy, où un livreur à vélo s'est fait agresser physiquement et verbalement devant un restaurant alors qu'il attendait pour récupérer une commande.

La vidéo de la scène, filmée par une voisine, avait fait le tour des réseaux sociaux. On y voyait l'agresseur insulter le livreur de "sale noir" et "d'espèce de négresse".

>> A LIRE AUSSI - Un livreur Uber poignardé pour son scooter

Complètement sonné, la peur de mourir... un mois après son agression, Dieugrot Joseph, 41 ans, est toujours sous le choc depuis, il n'a pas pu reprendre son activité de livreur à vélo.

“Mentalement, je suis KO. Je pense toujours à ce qui m’est arrivé. Je me demande s’il n’y avait pas eu la fille si je serai toujours vivant, si j’aurais pu mourir”, indique-t-il.

Des agressions racistes récurentes?

C'est une voisine assistant à la scène et la filmant qui a fait fuir l'agresseur. Aujourd'hui Dieugrot n'espère qu'une chose, que l'auteur des coups et des insultes soit fermement condamné. “Le mec doit payer pour ses actes. Moi, je crois en la justice française, il faut que la justice soit faite”, appuie-t-il.

Son avocat Maitre Mouhou attend une réponse pénale forte pour envoyer un signal positif à l'ensemble des livreurs victimes de racisme.

“Il y a beaucoup de livreurs sur Uber ou sur d’autres plateformes qui sont victimes de racisme tous les jours et qui ne déposent pas plainte. Il faut vraiment que le tribunal prenne bien conscience de ce qui se passe. C’est une sorte de fissure de la République”, indique-t-il.

Une application de livraison a depuis mis en place un bouton anti-discrimination permettant aux livreurs de signaler ce type d'agression.

Mahauld Becker-Granier avec Guillaume Descours