RMC

Mis en examen pour abus de faiblesse et blanchiment: qui est le "grand monarque divin" de la Réunion?

Mis en examen pour abus de faiblesse et blanchiment: qui est le "grand monarque divin" de la Réunion?

Mis en examen pour abus de faiblesse et blanchiment: qui est le "grand monarque divin" de la Réunion? - AFP

Le sexagénaire était à la tête de la "Fraternité universelle des anciens Khrasts mystiques initiés".

Il se présentait comme un demi-dieu scandinave. Un homme de 67 ans surnommé "grand monarque divin" a été mis en examen et écroué mercredi soir à Saint-Denis de la Réunion dans une affaire d'abus de faiblesse en lien avec une secte présumée.

Sa mise en examen pour abus frauduleux de l'état d'ignorance ou de faiblesse, blanchiment aggravé et exécution de travail dissimulé par personne morale lui a été signifiée à l'issue d'une garde à vue de 48 heures.

Le sexagénaire aurait obtenu frauduleusement des dons financiers des membres de l'association "Fudakmi" (Fraternité universelle des anciens Khrasts mystiques initiés). 

A sa création, dès 1975, "Fudakmi" avait pour vocation d'amener ses membres, issus de toutes les classes sociales, à avoir "une réflexion en commun sur le sens de la vie", a précisé le procureur de Saint-Denis, Éric Tuffery. "Mais très vite cela a dévié vers autre chose. sous couvert de réunions un peu folkloriques dans leur déroulement, l'aspect financier était au rendez-vous" a ajouté le magistrat.

Enfants nés sous X

L'homme est accusé d'avoir non seulement soutiré de grandes sommes d'argent à ses adeptes, mais aussi de leur avoir enlevé leurs enfants. Pour cela, le "monarque" aurait convaincu des mères d’accoucher sous X, avant de se déclaré ensuite comme père sur l’état civil. Selon les premiers éléments, quatre enfants auraient ainsi été soustraits à leurs parents. 

Selon la presse réunionnaise et révélé par Le Parisien, ce dernier affirme également être né avec un sexe de femme, se faisant appeler “maman”. Certains adeptes ont dénoncé des faveurs sexuelles aux enquêteurs.

Lors des perquisitions menées dans le cadre de l'enquête plusieurs centaines de milliers d'euros ont été saisis en liquide au domicile du sexagénaire et sur un compte bancaire. C'est un ancien membre de Fudakmi qui a dénoncé les faits supposés après avoir rompu les liens avec le groupe.

L'homme qui réside dans l'est de l'île, a été interpellé à la suite de deux années d'enquête menée par les policiers de l'Office Central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) et les forces de l'ordre locales.

La rédaction de RMC (avec AFP)