RMC

Mort d'un policier renversé par un fourgon: ce que l'on sait du "petit délinquant" placé en garde à vue

RMC
Franck Labois, policier de 45 ans affecté au Groupe d'appui opérationnel à la Sûreté départementale du Rhône, a succombé lundi après-midi à ses blessures.

Deux personnes étaient en garde à vue jeudi dans le cadre de l'enquête sur le décès d'un policier, fauché par un fourgon lors d'une intervention dans la nuit de vendredi à samedi près de Lyon.

Mercredi, un mineur a été arrêté par les enquêteurs. Jeudi en milieu de journée, un autre individu était interpellé, précise le parquet de Lyon. Il s'agit d'un homme de 21 ans, originaire de la région lyonnaise. Connu des services de police pour des "délits mineurs", il est suspecté d'avoir été au volant du fourgon qui a mortellement fauché le policier Franck Labois. 

Il était d'ailleurs sous surveillance depuis plusieurs semaines pour des vols: un petit délinquant qui commence à prendre de l'envergure dans la région, et c'est bien ça qui a attiré les policiers de la sûreté départementale. 

D'après nos confrères du Parisien, il présenterait le même profil que les deux autres individus arrêtés dans l'enquête: un garçon de 17 ans placé en garde à vue mercredi et un troisième homme qui, lui, a été mis hors de cause.

Hommage national

Franck Labois, policier de 45 ans affecté au Groupe d'appui opérationnel (GAO) à la Sûreté départementale du Rhône, a succombé lundi après-midi à ses blessures. Le fonctionnaire de police avait été volontairement fauché par le conducteur d'un fourgon au cours d'une intervention à Bron visant à interpeller des individus suspectés d'être impliqués dans une affaire de vols aggravés en bande organisée. Le fourgon a par la suite été retrouvé vide à Villeurbanne.

Une information judiciaire pour "homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique et vol suivi de violences ayant entraîné la mort" a été ouverte lundi. L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Lyon.

Un hommage national au policier décédé est prévu vendredi à Lyon en présence du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Mélanie Delaunay