RMC

Nouvelle cible de cambriolage, mutation du trafic de stupéfiant, délinquance d'opportunité: avec le confinement, le milieu criminel s'adapte

Depuis le début de la crise du coronavirus les autorités observent une évolution de la délinquance sur tout le territoire, et même sur Internet. Le confinement a évidemment des conséquences aussi dans le milieu criminel, qui s'adapte à cette nouvelle situation. Mais les policiers aussi d'adaptent.

Aucun chiffre officiel pour le moment, mais des observations des policiers et gendarmes sur le terrain. Qui dit confinement chez soi, dit baisse "drastique" des cambriolages, observe une source policière. Même chose dans les zones rurales: "Les cambrioleurs n'ont pas d'attestation", ironise cette même source.

Mais ils pourraient se rabattre sur les endroits ouverts où il y a de l'argent: supermarchés, distributeurs de billets, ou encore pharmacies. Conséquence à Paris: les missions des policiers du célèbre "36" évoluent. 

Ils traquent en voitures banalisées d'éventuels cambrioleurs. Le trafic de stupéfiant physique est lui, en "sommeil": difficile pour les dealers d'importer leur marchandise en ce moment. Les autorités craignent une "mutation", une "ubérisation" du trafic. 

Enfin, de nouvelles délinquances "d'opportunité" apparaissent: vol de cartes professionnelles de médecins ou d'infirmières, trafic et vols de masques, revente parfois en porte à porte, ou encore arnaque au faux gel hydro-alcoolique sur internet.

Gwladys Laffitte (avec C.P.)