RMC

OM-Francfort à haut risque: pour Sacha Houlié, "on a interdit trop de déplacements en Ligue 1"

Invité d’"Apolline Matin" ce mardi sur RMC et RMC Story, Sacha Houlié, député de la Vienne (Renaissance) et président de la commission des lois, estime que les difficultés liées aux déplacements de supporters, comme ceux de Francfort qui se rendent à Marseille, s’expliquent par un manque de préparation sur les matchs nationaux.

Marseille en alerte. Huit mille supporters du club allemand de l’Eintracht Francfort sont attendus dans la ville ce mardi, dont 5.000 sans billets, pour le match de Ligue des champions face à l’OM ce mardi soir au Stade Vélodrome (21h, en direct à la radio sur RMC et à la télé sur RMC Sport 1). Une rencontre classée à haut risque par les autorités, qui craignent des incidents et des affrontements entre supporters marseillais et allemands. Huit interpellations ont déjà eu lieu, ce lundi soir. Et face au risque, les écoles fermeront à 16h30 dans le secteur du Vélodrome.

"Ce n’est pas normal, mais on réapprend collectivement à organiser des grandes compétitions internationales", explique Sacha Houlié, député de la Vienne (Renaissance) et président de la commission des lois, à propos de ces mesures de sécurité. Selon lui, "le Covid a empêché d’organiser ce type d’interventions". Mais ce n’est pas la seule raison de la multiplication des incidents entre supporters, comme à Nice la semaine dernière avec des fans de Cologne, auxquels s’étaient mêlés certains Parisiens déjà défavorablement connus.

"C’est parce qu’on a interdit trop de déplacements et qu’on ne s’est pas préparé à ce genre de situation, qu’au final on a des débordements, des désordres, assure Saché Houlié. En Ligue 1, on ne le fait pas. C’est précisément parce qu’on ne l’a pas fait, parce qu’on a préféré les interdictions parce qu’on manquait de forces de l’ordre, de stadiers…"

Des sanctions individuelles plutôt que collectives

Ce match OM-Francfort a été classé au niveau 5, le niveau maximum, par la Division nationale de lutte contre le hooliganisme (DNLH). "Ça peut paraitre paradoxal mais c’est aussi une bonne nouvelle, estime Sacha Houlié. Parce qu’on a une attention particulière sur le match, des préparatifs minutieux, des forces de l’ordre suffisantes… C’est peut-être ce qu’il a manqué au Stade de France (pour la finale de la Ligue des champions en juin dernier, ndlr)."

En cas d’incidents, le député de la Vienne, supporter de l’OM, veut que les sanctions individuelles soient privilégiées. "Il faut distinguer les sanctions collectives qui ne produisent aucun effet et les sanctions individuelles, souligne-t-il. A Nice et à Lyon l’année dernière, il y eu des personnes qui ont été interpellées, qui sont passées au tribunal correctionnel et qui ont eu des peines importantes. Et elles ont été doublées d’une autre peine importante, une interdiction de stade de cinq ans. On peut discuter de cette durée, parce qu’on pourrait l’accroître. Cette sanction individuelle permet de cibler les individus qu’on doit exclure des stades."

LP