RMC

"On a vidé nos vitrines et on a des grilles derrière": les commerçants lyonnais se préparent avant la finale de la CAN

Illustration

Illustration - Capture d'écran RMC Découverte

Après les heurts qui ont émaillé les célébrations de la qualification de l'Algérie en finale de la CAN, les commerçants lyonnais se préparent alors que la finale entre les Fennecs et le Sénégal à lieu ce vendredi soir.

L'Algérie affronte le Sénégal à 21h au Caire en Égypte en finale de la Coupe d'Afrique des Nations. Si le Sénégal cherche sa 1ère victoire les Fennecs, eux, courent après un second succès dans la compétition après celui de 1990. Mais en France, certains redoutent des débordements en marge des célébrations des supporteurs, comme lors des deux derniers matchs de l'Algérie.

"Ce soir on va fermer de bonne heure"

La vitrine du magasin d'Aurélie n'avait pas résisté dimanche dernier, alors cette fois-ci, la commerçante a pris ses précautions:

"On a vidé nos vitrines. On a aussi une grille derrière au cas ou qui empêche l’accès dans le magasin. On n’a pas trop le choix on anticipe comme on peut. On ne sera pas tranquille ce soir", explique-t-elle.

Autour du quartier de la Guillotière, la crainte c'est de voir les supporteurs algériens de nouveau envahir les rues et provoquer des incendies. Bogos, restaurateur, va aussi devoir s'adapter:

"Habituellement le vendredi soir on ferme vers minuit une heure. Mais ce soir on va fermer de bonne heure", témoigne-t-il.

"Je comprends qu’il y ait de la liesse mais il faut qu’ils prennent leurs responsabilités"

"Ils ont une équipe formidable. Je comprends qu’il y ait de la liesse mais il faut qu’ils prennent leurs responsabilités à l’égard de certains supporteurs incontrôlés, parfaitement organisés et dont la volonté est de casser", clame Jean-Yves Sécheresse, adjoint en charge de la sécurité à la mairie de Lyon.

Et pour prévenir d'éventuels débordements, les autorités annoncent un dispositif de sécurité important: 600 policiers et gendarmes seront mobilisés ce soir dans l'agglomération lyonnaise. A Paris, ils seront plus de 2500, notamment autour des Champs-Elysées.

Gwenaël Windrestin (avec G.D.)