RMC

Paris: six blessés dans une attaque à la gare du Nord

Selon les informations de RMC, six personnes ont été blessées à l'arme blanche ce mercredi matin à la gare du Nord, à Paris. L'une d'entre elles se trouve en urgence absolue. L'agresseur a été neutralisé et son pronostic vital est engagé.

Plusieurs personnes ont été blessées à l'arme blanche à la gare du Nord, à Paris, ce mercredi matin. Cette attaque a eu lieu vers 6h45. Un homme a sorti une arme artisanale, une sorte de "poinçon". D’après nos informations, le bilan provisoire fait état de six personnes blessées dont cinq en urgence relative et une en urgence absolue. Parmi ses cinq blessés en urgence relative , il y a un fonctionnaire de la police aux frontières qui est intervenu.

Un autre fonctionnaire de police a ouvert le feu sur l’agresseur, qui a été blessé par balle et transporté à l’hôpital. Son pronostic vital est engagé. Son identité et ses motivations ne sont pas encore connues. Les enquêteurs n’écartent pas, à ce stade, l'hypothèse d’un geste commis par un déséquilibré. La brigade criminelle a été chargée des investigations, du chef de tentative d'assassinat. L'IGPN a également été saisie du fait de l'usage d'une arme à feu par les forces de l'ordre.

Darmanin salue la réaction "efficace et courageuse" des forces de l'ordre

"Un individu a blessé plusieurs personnes ce matin à la Gare du Nord. Il a rapidement été neutralisé. Merci aux forces de l’ordre pour leur réaction efficace et courageuse", a écrit sur Twitter le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. Il est arrivé sur place à 9h entouré d'un conséquent dispositif de sécurité. Le préfet de police de Paris Laurent Nunez,la procureure de Paris Laure Beccuau et la maire de Paris, Anne Hidalgo étaient sur place pour accueillir le ministre de l'Intérieur.

"Je me suis rendu auprès des effectifs de police pour les remercier, a expliqué Gérald Darmanin. A 6h42, un individu extrêmement menaçant s’en prend à des personnes à l’entrée puis à l’intérieur de la gare du Nord. A 6h43, il est neutralisé par des policiers en civil, qui reviennent de leur service, qui prennent leur train pour rentrer chez eux et qui sont armés dans le cadre des dispositions que nous avons prises, et par des policiers aux frontières qui sont en poste à la gare du Nord. Ils tirent par trois fois et arrivent à neutraliser cet individu menaçant qui a réussi à faire six victimes, dont une plus gravement. Même si son pronostic vital n’est pas engagé, elle est à l’hôpital au moment où je parle. Parmi les six blessés, il y a un policier de la PAF. Nous ne connaissons pas l’identité de l’individu. Il n’a pas de papiers d’identité sur lui. Le périple est extrêmement violent, malgré le peu de temps. Son arme n’était manifestement pas un couteau, mais une arme dangereuse qu’il aurait confectionnée lui-même. L’auteur est entre la vie et la mort, à l’hôpital."

Invité de RMC-BFMTV, Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France, a également salué les policiers et a adressé ses pensées aux victimes et à leurs proches.

"J’ai eu les informations ce matin par le directeur régional et la direction de crise de la SNCF, a-t-il expliqué. Je pense avant tout aux victimes et à leurs familles. Les policiers ont aussitôt réagi. Je veux saluer leur professionnalisme et leur réaction. Je pense aussi à toutes celles et ceux qui ont dû ressentir beaucoup d’effroi, de peur, à ce moment précis. Avant d’en savoir plus sur les conditions de cette agression ignoble, je pense avant tout aux victimes."

LP avec Guillaume Biet