RMC

Policier agressé à Lyon par deux mineurs: l'un d'eux condamné à un an ferme

Les enquêteurs de la police mènent l'enquête

Les enquêteurs de la police mènent l'enquête - AFP

En juin 2020, il avait provoqué une altercation avec le policier avant de l'agresser avec une dizaine d'autres individus.

Un jeune homme de 19 ans a été condamné vendredi à Lyon à trois ans de prison dont un ferme pour la violente agression d'un policier en juin 2020 alors qu'il était mineur.

Le tribunal pour enfants, qui rendait son jugement en délibéré, a suivi les réquisitions du procureur prononcées à l'audience le 4 mars dernier. En outre, le jeune homme, âgé de 17 ans à l'époque des faits, a vu sa condamnation assortie d'une interdiction de détenir une arme.

Un deuxième mis en cause, âgé de 14 ans lors de l'agression et contre qui six mois d'emprisonnement avec sursis avaient été demandés, a écopé d'un avertissement solennel.

Les deux protagonistes comparaissaient libres pour "violences volontaires sur un agent de la force publique en réunion", le plus âgé ayant déjà effectué un an de détention provisoire.

"Sale flic"

Dans la nuit du 14 juin 2020 à Lyon, alors que la victime venait de stationner sa voiture devant son domicile qu'il regagnait à pied, les deux mis en cause avaient frôlé le policier avec leur véhicule avant d'en descendre pour une confrontation.

Le premier avait ensuite provoqué une altercation avec la victime en l'insultant de "sale flic" avant de rameuter une bande d'une dizaine de jeunes gens âgés de 19 à 20 ans qui étaient dans un square à proximité.

Le fonctionnaire de police, en poste à l'époque au commissariat de Caluire-et-Cuire (Rhône), avait été frappé par les membres de ce groupe et par le principal prévenu à coups de poing et de pied et avec une barre métallique. Le prévenu le plus jeune était alors resté en retrait.

Une triple fracture à la cheville

Souffrant notamment d'une triple fracture à une cheville, la victime s'était vue délivrer une incapacité totale de travail (ITT) de 45 jours.

Parmi les autres agresseurs du groupe, deux des dix participants majeurs ont déjà été condamnés par le tribunal correctionnel de Lyon à des peines de cinq ans d'emprisonnement, dont trente mois de sursis avec mise à l'épreuve, pour violence aggravée par trois circonstances, les faits avaient été commis en réunion, avec arme et sur personne dépositaire de l'autorité publique.

G.D. avec AFP