RMC

Policière noyée dans la Seine: "J'ai l'impression qu'on me cache quelque chose" déplore la mère d'Amandine

INFORMATION RMC - En janvier 2018, une jeune policière de la brigade fluviale de 27 ans disparaissait dans la Seine lors d’un exercice. Selon nos informations, deux policiers ont été mis en examen pour "homicide involontaire".

La plongée n'aurait jamais dû avoir lieu. Le 5 janvier 2018, Amandine Giraud, une jeune policière de la brigade fluviale de 27 ans disparaissait dans la Seine lors d’un exercice. Son corps avait été retrouvé presque 4 mois plus tard.

Selon nos informations RMC, les deux policiers de la brigade fluviale qui encadraient l'exercice, le moniteur et le chef de bord, ont été mis en examen pour "homicide involontaire". 

Un soulagement pour la maman d'Amandine, Elisabeth Quissac.

Sur RMC, elle confie également toute sa colère et confie attendre que toute la vérité soit faite sur les conditions de réalisation de l'exercice: "J'espère qu'il n'y aura pas que deux mises en examens, mais que l'on prouvera qu'il y a eu des manquements par plusieurs personnes. J'aimerai savoir pourquoi c'est arrivé, qui a pu osé donner l'autorisation de faire un exercice dans ces conditions?"

L'enquête a en effet démontré une série d'erreurs d’appréciations: tant sur la tenue même de l’exercice, en pleine crue de la seine (3m21) avec un débit deux fois plus important qu’un hiver normal, tant que sur le sauvetage d’Amandine. Selon ses collègues, elle présentait d’importantes lacunes, sa hiérarchie s’était déjà opposée à ce qu’elle effectue certaines plongées compte tenu du débit de la seine trop important pour son niveau. 

"Je suis très très en colère. Quand j'ai demandé ce qu'il était arrivé, on m'a répondu que c'était un accident, que c'était "le protocole". Mais plus le temps passait, plus je me disais que ce n'était pas possible: j'ai l'impression qu'on me cache quelque chose. On verra bien au moment du procès ce que l'on m'aura caché" dénonce-t-elle sur RMC.

Selon la procédure administrative classique, les deux policiers mis en examen pour "homicide involontaire" devraient passer devant un conseil disciplinaire dans le courant du mois de juin.

Gwladys Laffitte