RMC

Procès de l'attentat de Nice: les accusés condamnés à des peines de 2 à 18 ans de prison

Les accusés ont été condamnés à des peines allant de 2 à 18 ans de prison

Les accusés ont été condamnés à des peines allant de 2 à 18 ans de prison - Marion Dubreuil

Tous les accusés de l'attentat de Nice ont été reconnus coupables par la cour d'assises spéciale de Paris, qui a rendu son verdict ce mardi. Ils ont été condamnés à des peines allant de 18 à 2 ans de prison. Deux d'entre eux, Mohamed Ghraieb et Chokri Chafroud, sont reconnus coupables d'association malfaiteurs terroriste.

Tous les accusés dans le procès de l'attentat de Nice ont été reconnus coupables, ce mardi, par la cour d'assises spéciale de Paris.

Deux d'entre eux, Mohamed Ghraieb et Chokri Chafroud, ont été reconnus coupables d'association de malfaiteurs terroriste.

Les deux ont été condamnés à une peine de 18 ans de prison, assortie d'une interdiction définitive du territoire français et d'une inscription au Fichier des auteurs d'infractions terroristes (Fijait). Des applaudissements ont été entendus dans la salle. Cette peine est au-delà des réquisitions du Parquet national antiterroriste, qui avait requis 15 ans de prison.

La qualification terroriste pas reconnue pour Ramzi Arefa

"La cour a eu l'intime conviction que Mohamed Lahouaiej Bouhlel [l'assaillant] avait été associé dans la détermination puis la réalisation de son projet criminel tant à Mohamed Ghraieb qu'à Chokri Chafroud dont il a été prouvé qu'ils avaient participé tout deux à une association de malfaiteurs à visée terroriste dont Mohamed Lahouaiej Bouhlel était le principal acteur en le soutenant matériellement et en l'inspirant", affirme le président.

La cour n'a pas reconnu la qualification terroriste pour Ramzi Arefa qui est reconnu coupable d'association de malfaiteurs en vue de préparer un crime ou un délit puni de 10 ans de prison. Il est condamné à 12 ans de prison.

Artan Henaj écope lui d'une peine de 8 ans de prison, assortie d'une interdiction du territoire français et une interdiction de port d'arme pendant 15 ans. Enkeledja Zace est lui condamné à 5 ans de prison avec deux ans de sursis.

La cour a condamné Endri Elezi et Maksim Celaj à 3 ans de prison. Ils sont interdits du territoire français et ont l'interdiction de porter une arme pendant 15 ans.

Des troubles de personnalité mais pas de maladie mentale

Enfin, Brahim Tritrou, jugé en son absence est condamné à 2 ans de prison, avec également une interdiction du territoire français et du port d'arme.

Pour la cour, "les crimes de Mohamed Lahouaiej Bouhlel étaient en lien avec une entreprise terroriste, dans le but de tuer un maximum de personnes servant un objectif de terreur".

Elle a aussi estimé que rien ne permettait d'objectiver que Mohamed Lahouaiej Bouhlel souffrait d'une maladie mentale ayant aboli ou altéré son discernement même s'il souffrait de troubles de personnalités.

AB avec Marion Dubreuil