RMC

Qui est Mohed Altrad, le milliardaire jugé pour corruption?

Dans "Apolline Matin" ce mercredi sur RMC et RMC Story, Nicolas Poincaré a dressé le portrait du milliardaire Mohed Altrad, propriétaire du club de rugby de Montpellier, qui comparait au tribunal correctionnel de Paris pour corruption.

Mohed Altrad, milliardaire et propriétaire du club de rugby de Montpellier, est jugé pour corruption à partir de ce mercredi au côté de Bernard Laporte, le président de la Fédération française de rugby. Et savez-vous quel âge a l'homme dont on parle, Mohed Altrad ? Vous ne le savez pas et lui non plus. Il serait né entre 1948 et 1951 en Syrie. Il a donc entre 71 et 74 ans.

Il a raconté être le fruit d’un viol. Un chef de tribu a violé sa mère jeune adolescente, qui est morte peu après sa naissance. Il a connu l'extrême misère pendant son enfance d’orphelin à Raqa. Bédouin et bâtard, il n’a pas eu le droit d’aller à l’école. Il a appris à lire tout seul, puis il a été repéré par un instituteur. Grâce à lui, il fait des études et passe son bac. Le gouvernement syrien d’Hafez El Assad lui octroie alors une bourse pour venir faire des études en France.

Il débarque à Montpellier sans un sou et sans parler français. Quelques années plus tard, il décroche un doctorat en informatique. Il crée ensuite une première boîte, la revend et rachète une entreprise de l’Hérault spécialisée dans les échafaudages et au bord de la faillite. Il la redresse et en fait le numéro un mondial des services aux entreprises. Il investit aussi dans le gaz et le pétrole. Son groupe compte aujourd'hui 50.000 salariés. C’est la 31e fortune française avec un patrimoine estimé à 3 milliards d’euros.

Ses liens avec Bernard Laporte examinés au tribunal

Pourquoi se retrouve-t-il aujourd’hui devant le tribunal correctionnel. Parce que Mohed Altrad n’a pas seulement fait fortune, pas seulement essayé de se faire élire maire de Montpellier aux dernières municipales. Il a aussi racheté le club de Montpellier Hérault Rugby. Il a fait venir beaucoup de joueurs sud-africains, s’est fâché avec la plupart des autres présidents de clubs et a fini par remporter le Top 14 l’an dernier.

Mais en 2017, il a surtout été très proche de Bernard Laporte, ancien ministre des Sports, qui venait de se faire élire président de la Fédération française de rugby. Et le groupe Altrad a versé 180.000 Francs à la société de Bernard Laporte pour sa participation à des séminaires qui n’ont jamais eu lieu.

Le parquet a estimé qu’Altrad, président de club, avait ainsi "acheté" le président de la fédé, qui lui aurait ensuite rendu de nombreux services. Les deux hommes démentent formellement. Ils vont maintenant s’expliquer. Le procès va durer jusqu’au 22 septembre.

Nicolas Poincaré