RMC

Rachida Dati mise en examen: que lui est-il reproché?

La maire du VIIe arrondissement de Paris a été mise en examen concernant le versement de 900.000 euros par Renault du temps où elle était avocate et députée européenne.

L'ancienne garde des Sceaux Rachida Dati a été mise en examen la semaine dernière, le 22 juillet, comme l'a révélé mardi Le Canard enchaîné. Une mise en examen dans le cadre d'une enquête anticorruption du Parquet national financier sur ses prestations de conseil en tant qu'avocate de l'ex-PDG de l'alliance Renault-Nissan Carlos Ghosn au début des années 2010.

L'actuelle maire du 7e arrondissement de Paris aurait touché 900.000 euros d'honoraires en tant qu'avocate entre 2010 et 2012 alors qu'elle était à l'époque aussi députée européenne. La potentielle candidate à la primaire de la droite a été mise en examen pour "corruption passive", "trafic d'influence passif" et "recel d'abus de pouvoir".

Activités de lobbying?

"On tente d’entraver mon engagement dans les échéances qui s’annoncent !", a réagi Rachida Dati dans un entretien au Parisien. Entre 2010 et 2012, l'ancienne ministre de la Justice Rachida Dati a donc touché 900.000 euros d'honoraires, et la justice se demande si cet argent n'a pas été versé en réalité pour rémunérer des activités de lobbying, interdites lorsqu'on est député européen.

Déjà convoquée dans le cadre d'une enquête à ce sujet en novembre dernier, Rachida Dati avait été placée sous statut de témoin assisté. Les avocats de l'élue font maintenant appel de cette mise en examen. Dans une interview au Parisien, Rachida Dati se défend et estime qu'il y a aucune ambiguité entre son rôle de députe et celui d'avocat.

>>> A LIRE AUSSI - Vacciné et cas contact, dois-je m'isoler?

Alexandra Sirgant (avec J.A.)