RMC

Retrouvée aux abords d'une forêt du Var, une jeune femme dit avoir été séquestrée par sa belle-famille pendant 5 ans

Retrouvée aux abords d'une forêt du Var, une jeune femme dit avoir été séquestrée par sa belle famille pendant 5 ans

Retrouvée aux abords d'une forêt du Var, une jeune femme dit avoir été séquestrée par sa belle famille pendant 5 ans - RMC

Un seul repas par jour, pas de possibilité de toilette intime ni de douche: une jeune femme de 31 ans a raconté son calvaire aux enquêteurs.

C'est par la fenêtre de la villa que la jeune femme dit avoir réussi à s'enfuir: une jeune femme de 31 ans a été découverte dimanche en début de soirée sur une route aux abords d'une forêt à Agay, dans le Var.

Prise en auto-stop par un couple d'automobilistes, puis entendue par les services de police de Cannes, elle raconte son calvaire. Elle affirme avoir été séquestrée pendant cinq ans dans une villa de Saint-Raphaël par une sexagénaire qui a été placée en garde à vue ce mardi.

Un seul repas par jour, pas de douche, un matelas à même le sol: face aux enquêteurs, elle explique son quotidien depuis plusieurs années au domicile de sa belle-famille. 

Tout serait parti d'une relation avec l'un des fils en 2008. Ils ont d'ailleurs eu un enfant et malgré la rupture, la jeune femme était restée. C'est finalement, ce week-end, qu'elle a décidé de s'enfuir, en passant par la fenêtre de la maison, confiant avoir déjà essayé une première fois sans succès. 

Dans cette affaire, la trentenaire met en cause sa belle-mère de 61 ans, qui, elle, nie et minimise les faits. Selon nos confrères de France Bleu, qui ont révélé l'information, la jeune femme de 26 ans, jeune maman, se retrouve seule. Elle se serait alors lié d'affection avec un autre membre de la famille, ce qui aurait fortement déplu à sa belle-mère. 

Le parquet de Draguignan a ouvert une information judiciaire pour "abus de faiblesse", "violences habituelles sur personne vulnérable ou dépendante", "soumission d'une personne vulnérable ou dépendante à des conditions d'hébergement indignes", et "non-assistance à personne en danger". Enfin, la justice a requis le placement de la sexagénaire en détention provisoire. 

Anne-Sophie Balbir et Xavier Allain