RMC

Revivez le direct de Bourdin & Co du 7 août

Suivez Bourdin & Co avec Fabien Crombé de 7h à 9h sur RMC.fr

Suivez Bourdin & Co avec Fabien Crombé de 7h à 9h sur RMC.fr - -

Ce mercredi, Monique Bouquignaud, la veuve d'un bijoutier tué en 2011, s'est réjouie de l’arrestation de trois suspects. Eric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement, est revenu sur la menace terroriste qui plane sur les Etats-Unis, qui ont fermé 19 ambassades ; et Johan Pascot, secrétaire générale du syndicat CFTC à la DGCCRF, nous a dit comment éviter les arnaques de l’été. A 8h40, Olivier Truchot reçoit Dalil Boubakeur, nouveau président du Conseil français du culte musulman.

Invités, témoignages, débats... retrouvez ici tous les moments forts de Bourdin & Co ce mercredi sur RMC :

9h : Merci à tous d’avoir suivi le live de Bourdin & Co ce matin, n’hésitez pas à poursuivre les débats en réagissant ci-dessous ! Rendez-vous demain dès 7h !

A 8h40, Olivier Truchot reçoit Dalil Boubakeur, président du Conseil français du culte musulman. Il réagit à la hausse des actes islamophobes, et à l'intégration de l'Islam dans la société française.

8h25, c'est l'heure du parti pris de Christophe Bordet : François Hollande ne vit plus dans le monde réel.

Johan Pascot, secrétaire générale du syndicat CFTC à la DGCCRF

L'été, c'est la saison des marchés, une saison prospère pour les producteurs mais aussi les arnaqueurs, car certains sont prêts à tout pour vendre leurs produits, même frelatés. En théorie, les appellations d'origine contrôlée devraient permettre de connaître l'origine d'un produit, mais les fabricants sont nombreux à contourner ces appellations et à tromper les clients. Entre début juin et le 26 juillet, les agents des services de la répression des fraudes ont mené 72 400 contrôles dans 20 000 hôtels, restaurants, campings, parcs de loisirs, marchés et grandes surfaces. Depuis le 1er juin, près de 1 500 procès-verbaux ont été dressés par les services de la répression des fraudes sur les lieux de vacances.

8h23 - Johan Pascot : « Il y a une liberté des prix des professionnels, mais la contrepartie est l’information du consommateur. Donc il ne faut pas hésiter à comparer sur le marché, et se méfier de ce qui paraît trop beau ou trop parfait. Il faut bien regarder les origines sur l’étiquette ».

8h22 - Johan Pascot : « On a de la truffe de Chine qui devient miraculeusement de la truffe du Périgord ».

8h21 - Johan Pascot : « Certains départements n’ont plus que trois ou quatre enquêteurs ».

8h20 - Johan Pascot : « Il faut être vigilant. Nous avons 2 000 enquêteurs sur le territoire ».

François Martre, présidente du syndicat de la magistrature

La Cour de cassation estime qu’un décret qui date de 2004 est illégal. Ce décret permettait de suspendre la prescription dans certains cas, par exemple si le suspect était recherché par des mandats d'arrêt internationaux. Certaines personnes ont donc été condamnées grâce à ce décret, maintenant suspendu, et devraient être relachées. La libération de 4 personnes a déjà été ordonnée, et 3 500 dossiers sont examinés.

8h16 – François Martre : « On s’en est rendus compte en 2012 parce que les litiges étaient en train de naître devant la Cour de cassation. On ne s’en est pas rendu compte avant car ça ne concernait pas beaucoup de monde ».

8h14 – François Martre : « Ça ne devrait pas concerner beaucoup de personnes. Il y a déjà eu 668 dossiers vérifiés, et quatre libérations. Le ministère de la Justice ne fait que son travail, c’est une obligation de vérifier que personne ne purge de peine prescrite. C’est un des grands principes de notre droit ».

8h12 – François Martre : « En 2004, un décret a prévu que certains actes faits par le procureur de la République interrompaient la prescription. Mais ce decret est illégal. Cette erreur a été rattrapée en 2012 avec une loi, mais entre 2004 et 2012, il y a des peines dont la prescription a été interrompue sur la base d’un décret qui n’est pas valable ».

Eric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement

Redoutant des attentats d'Al-Qaïda, les Etats-Unis ont décidé de fermer 19 ambassades au Moyen-Orient et en Afrique. Ils auraient intercepté un message contenant des menaces d'attentats entre le numéro un d'al-Qaida, Ayman al-Zawahiri, et Nasser al-Whaychi, le chef de la filiale al-Qaida dans la péninsule arabique (Aqpa). Le premier aurait ordonné au second de perpétrer un attentat dès dimanche dernier. Le Yémen serait le pays le plus visé, et Paris, Berlin et Londres ont d’ailleurs prolongé de plusieurs jours la fermeture de leur ambassade au Yémen. Pour Eric Denécé, ancien agent de renseignement français, même s’il y a un vrai risque, Washington peut aussi mentir pour prouver que son système d’écoute, critiqué depuis l’affaire Snowden, est efficace.

Sur les Européens qui suivent, alors qu’ils ne sont pas menacés directement.

7h48 - Eric Denécé : « C’est étonnant, affligeant si c’est un mensonge. Les terroristes en ont après la France, mais il n’y a rien de nouveau. Que les Européens suivent, il faut le regretter, mais ce n’est pas la première fois, et nous appliquons un principe de précaution systématique ».

7h47 - Eric Denécé : « Nos amis américains n’ont cessé de nous mentir depuis 2003 et l’invasion de l’Irak. Le débat entre dans une phase essentielle aux USA, des élus ont été espionnés, on se demande même si la Maison blanche était au courant de la totalité de ces programmes. Il y a vraiment une crise grave, et comme par hasard cette menace qui n’a jamais été aussi importante depuis le 11 septembre émerge ».

7h45 - Eric Denécé : « On nous dit que ce sont des conversations interceptées par la NSA, alors que les deux hommes concernés ne communiquaient par téléphone depuis 5 ans. Donc il y a soit une erreur des islamistes, soit une exagération de la NSA. Dans ce cas, c'est une désinformation pour emmener les Américains sur une fausse piste ».

Avec cette menace, Washington essay-t-il de défendre son programme d'écoute Prism, contesté ?

7h42 - Eric Denécé : « C’est une question. 22 représentations diplomatiques fermées, on n’avait jamais vu ça. Il semble qu’il y a une menace de terrain réel car les frappes de drone ont repris au Yémen, mais peut-être est-elle délibérément exagérée, au moment où le journaliste du Guardian qui a publié les informations sur les écoutes recommence à publier des choses ».

Monique Bouquignaud, la veuve d

En 2011, monsieur Bouquignaud, propriétaire d’une bijouterie à Cambrai, était tué lors d’un cambriolage. En juin dernier, sa veuve était à nouveau victime d’un cambriolage et se faisait casser le bras. Aujourd’hui, trois des quatre personnes soupçonnées d’être impliquées dans la dernière agression ont été appréhendées grâce à l'ADN et à une enquête de voisinage. Trois d'entre eux, de nationalité roumaine, récidivistes et âgés de 20 à 28 ans, ont été interpellés et les deux plus jeunes ont été mis en examen. Le quatrième malfrat est en fuite et serait celui qui a le plus violenté la bijoutière le 20 juin dernier.

7h26 - Monique Bouquignaud: « En deux ans, j’ai tout perdu, le fruit de 40 années de travail. Mon pari y a perdu la santé et la vie ».

7h24 - Monique Bouquignaud : « J’ai un élan de solidarité autour de moi qui fait chaud au cœur ».

7h23 - Monique Bouquignaud : « Ça fait deux mois que je suis fermée, je vois les docteurs régulièrement, je ne sais pas si mon bras remarchera un jour. C’est difficile de devoir être inactive et devoir demander sans arrêt ».

7h22 - Monique Bouquignaud : « J’envisage de rouvrir, ce sont 40 ans de labeur avec mon mari. Arrêter, c’est baisser les bras. Je suis consciente du danger de la profession, mais je me dois de travailler car les indépendants ne sont pas favorisés ».

7h21 - Monique Bouquignaud : « Ils ont pris un malin plaisir à sauter à pieds joints sur mon bras. Ça a été les deux minutes les plus longues de ma vie ».

7h20 - Monique Bouquignaud : « J’ai été opérée la semaine dernière, je suis obligée d’arrêter mon métier. Et moralement, c’est difficile car mon métier est très important ».

7h19 - Monique Bouquignaud : « Je suis soulagée par l’arrestation de ces trois individus, qui ne sont plus à continuer leurs tentatives de meurtre. Il faut continuer à s’interroger sur ces individus dans la France, qui bougent beaucoup, aujourd’hui à Cambrai, demain à Nice. Et un grand merci à la police car je ne pensais pas que ces arrestations seraient aussi rapides ».

Il est 7h, l'heure de retrouver Fabien Crombé pour Bourdin & Co jusqu'à 9 heures.

Mathias Chaillot avec Fabien Crombé