RMC

Tentative d'attentat: "Il y a 20 mois nous avions demandé que les fichés S soient interdits d'armes"

Au lendemain de la tentative d'attentat sur les Champs-Elysées, Yves Gollety, président de la chambre syndicale nationale des armuriers, a fait part dans Bourdin Direct de son incompréhension sur le fait que l'assaillant, fiché S, avait un permis de détention d'armes.

Il était fiché S et avait pourtant une autorisation de détention d'armes, qui venait d'être renouvelée. Adam Djaziri, qui a tenté de commettre un attentat lundi sur les Champs-Elysées était un féru d'armes, adhérent d'un club de tir sportif depuis 2011, et avait déclaré en posséder 9. Une situation incompréhensible pour Yves Gollety, président de la chambre syndicale nationale des armuriers, invité ce mardi de Bourdin Direct. "On est particulièrement surpris qu'une personne fichée S puisse non seulement avoir une autorisation de détention d'armes, mais surtout que celle-ci puisse être renouvelée".

"Après les attentats au Bataclan (en novembre 2015), nous avions demandé que tous les fichés S soient répertoriés sur les listes d'interdits d'armes", rappelle-t-il. "Il faut revoir la règlementation, croiser les fichiers. Parce qu'il y a fiché S et fiché S. Celui-là avait tous les feux allumés (sic)". "Dans le cas d'un fiché S, l'autorisation ne doit absolument pas être renouvelée", exhorte-t-il.

Un permis difficile à obtenir

Ce qui est d'autant plus surprenant pour Yves Gollety, c'est qu'il n'est pas aisé d'obtenir ce permis de détention d'armes. "Il y a des barrières. Il faut être dans le club de tir pendant au moins 6 mois. A la fin de cette période, vous avez un avis favorable du président du club et vous pouvez déposer un dossier en préfecture. Mais il y a des tas de tireurs dont l'autorisation est refusée. Il y a une enquête de voisinage. Si on se rend compte que vous êtes rentrés chez vous en état d'ébriété, que vous avez commis des violences conjugales, que vous avez commis un grand excès de vitesse ou avez insulté un policier, on vous refuse cette autorisation."

P. Gril avec JJ. Bourdin