RMC

"Tout le monde est prêt à prendre la carabine": un agriculteur de la Marne en détention provisoire après avoir tiré sur un voleur de carburant

-

- - -

L'agriculteur se défend de "toute tentative d'homicide", assurant avoir été "pris de panique". De son côté, le maire de la commune craint que d'autres ne se fassent justice eux-mêmes.

Un agriculteur de la Marne a été mis en examen et placé en détention provisoire après avoir tiré sur un jeune de 19 ans qui tentait de voler du carburant sur son exploitation, dans la nuit de vendredi à samedi à Ambrières. Selon les premiers éléments, l'exploitant agricole aurait tiré à deux reprises en l'air pour faire fuir les voleurs et une fois dans leur direction, blessant grièvement l'un d'eux. L'agriculteur a contesté en garde à vue "toute intention d'homicide", se disant "pris de panique", a assuré le parquet.

Pour le maire d'Ambrières Denis Droin qui connaît bien Jean-Louis L., l'agriculteur impliqué, celui-ci était à bout: "Ça a commencé il y a plusieurs années. En quinze jours il a peut-être subi quatre vols à quelques jours d'intervalle dont le dernier", a-t-il assuré à RMC.

"C'est malheureux mais on ne peut pas faire justice soi-même. Mais que ferait d'autres personnes dans son cas sous l'exaspération et le désespoir de se faire cambrioler en permanence", ajoute l'élu.

"Ce n'est plus tenable"

Jean Louis L., ne serait pas la seule victime de ces vols. Dans la région, les agriculteurs sont particulièrement visés assure Hervé Lapie de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) de la Marne: "Nous sommes confrontés à des siphonnages de carburant dans les tracteurs et les voitures. Il y a aussi des vols de tracteurs, et d'autres vols constamment dans les exploitations agricoles", assure-t-il.

"Ce n'est plus tenable et c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. La FDSEA est très impliqué dans le soutien de la famille de Jean-Louis", ajoute Hervé Lapie.

"Au niveau de la commune il y a eu de nombreux vols. En un mois, il y a environ 8 à 10 maisons qui ont été visitées. Tout le monde est excédé et prêt à prendre la carabine. Ça fait peur", raconte le maire d'Ambrières qui craint que d'autres n'en viennent à la même extrémité. L'élu doit rencontrer ce mercredi les gendarmes pour tenter de trouver des solutions. 

L'information judiciaire, confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Reims après ma mise en examen de l'agriculteur, a également été ouverte pour vol, afin d'identifier et retrouver les voleurs.

Maxime Brandstaetter (avec Guillaume Dussourt)