RMC

Un agent hospitalier soupçonné d'une trentaine d'agressions sexuelles interpellé

ALERTE INFO

ALERTE INFO - RMC

Le suspect âgé de 56 ans a été interpellé lundi à Périgueux.

Une information judiciaire pour "agressions sexuelles et viols aggravés" a été ouverte mercredi contre un agent hospitalier, soupçonné d'avoir abusé dans le département du Rhône d'une "trentaine de victimes" dont des mineurs dans les années 90 jusqu'à 2016.

Âgé de 56 ans, le suspect a été interpellé lundi à son domicile à Périgueux où il réside depuis cinq ans par les policiers de la sûreté urbaine de Dordogne, a-t-il précisé à l'AFP, confirmant une information du quotidien régional Sud-Ouest.

L'affaire débute à Lyon en 2019

Inconnu jusque-là de la justice, il devait être présenté mercredi dans l'après-midi devant un juge d'instruction du tribunal de Lyon, où il a été déféré en matinée à l'issue de sa garde à vue, a-t-il ajouté.

L'affaire débute à Lyon en 2019 après la plainte de deux victimes de l'individu, pour des faits commis entre 1993 et 1999 dans le Rhône alors qu'elles étaient mineures.

Dès lors, "les investigations diligentées par la sûreté départementale du Rhône avaient permis l'identification et la localisation du mis en cause sur la commune de Périgueux, commune qu'il avait rejointe après son départ de Lyon en 2016", a poursuivi dans un communiqué le parquet.

Devant les enquêteurs, "il reconnaissait les faits reprochés en indiquant avoir commis le même type de faits à l'encontre d'autres victimes, une trentaine, dans les années 90 et jusqu'en 2016", selon la même source.

Bénévole à l'époque à la Croix-Rouge, il aurait profité de ses fonctions pour approcher ses victimes puis les inviter à son domicile "où il leur faisait consommer des produits stupéfiants et de l'alcool avant de commettre des faits d'agressions sexuelles".

"Sur la base de ces déclarations, l'information judiciaire a également été ouverte concernant ces faits afin de permettre l'identification des autres victimes à partir des éléments fournis par le mis en cause", a conclu le parquet qui a requis son placement en détention provisoire.

AFP