RMC

Une marche blanche à Grenoble et un appel à la fin des violences

Environ 2000 personnes se sont rassemblées mercredi pour rendre hommage aux deux jeunes tués dans une course-poursuite. Mais de nouvelles scènes de violence ont eu lieu dans la soirée.

Le calme aura été de courte durée à Grenoble. Des pierres et des cocktails Molotov ont été lancés depuis les toits des immeubles sur les forces de l'ordre mercredi soir, et des affrontements entre jeunes et forces de l'ordre ont eu lieu. Les troubles autour de la cité Mistral ont duré de 21h00 à 22h45 selon Le Dauphiné. Au départ, plusieurs voitures ont été retournées et incendiées. 

Pourtant dans l'après-midi, 2000 personnes avaient assisté à la marche blanche organisée par les associations du quartier et par les familles de deux jeunes décédés le week-end dernier après avoir percuté un autocar à la suite d'une course-poursuite avec la police.

"Un hommage aux parents"

Derrière une banderole avec l'inscription "Plus jamais ça", la famille et les proches d'Adam et Fatih ont défilé dans le calme dans le quartier du Mistral. Parfois au milieu des carcasses de voitures brûlées les nuits précédentes. Héline, la cousine de Fatih, a lancé un appel au calme.

"J’ai ma tante de Turquie et le père de Fatih qui nous ont demandé de cesser ce qui se passe dans le quartier", annonce-t-elle devant la foule. 

2000 personnes environ, beaucoup de jeunes, mais aussi des mères de famille du quartier sont venus soutenir les parents. Fatiha, qui habite depuis 26 ans au Mistral, était là.

"Tout ce qu’on a fait aujourd’hui c’était bien. C’est dur ce qui s’est passé, on s’en rend compte, mais on a rendu un vrai hommage aux parents et c’était important", explique-t-elle. . 

Et les familles des deux jeunes décédés devraient se constituer partie civile dans cette affaire pour avoir accès au dossier de l'instruction.

Gwenaël Windrestin avec Guillaume Descours