RMC

Villeneuve-la-Garenne: nuit de tension après un accident de moto impliquant la police

RMC
Samedi soir, un homme de 30 ans a été grièvement blessé à la jambe après avoir percuté la porte ouverte d'une voiture de police banalisée, dans des circonstances encore troubles.

Des tensions avec les forces de l'ordre ont à nouveau éclaté dimanche soir à Villeneuve-la-Garenne près de Paris, où un accident de moto impliquant la police avait provoqué la veille de premières échauffourées avec les habitants.

En pleine période de confinement lié au Covid-19, un important dispositif policier a été déployé dans la ville où des feux d'artifices épars continuaient d'être tirés vers 1h30 et où du mobilier urbain et des voitures ont été incendiés. Le calme était toutefois globalement revenu. Selon des riverains, les échauffourées ont commencé vers minuit et ont duré pendant une heure. Les forces de l'ordre dépêchées sur place ont fait usage de gaz lacrymogènes.

Retour sur les faits

Samedi soir dans cette commune des Hauts-de-Seine, un homme de 30 ans avait été grièvement blessé à la jambe après avoir percuté la porte ouverte d'une voiture de police banalisée, dans des circonstances encore troubles.

Du côté des autorités, on assure que les policiers ont ouvert la portière pour procéder au contrôle du jeune homme qui roulait à vive allure et sans casque et aurait manqué de renverser l'un d'eux avant de percuter leur voiture. Selon des vidéos publiées sur Twitter juste après les faits, des habitants ont, eux, affirmé que la portière avait été délibérément ouverte pour stopper le motard.

Victime d'une fracture de la jambe gauche, le motard a été opéré avec succès dimanche et entend porter plainte lundi contre les forces de l'ordre, ont indiqué sa famille et son avocat.

Après l'accident, des échauffourées avaient éclaté entre les forces de l'ordre et une cinquantaine de personnes, selon la préfecture de police de Paris. Le parquet de Nanterre a ouvert une enquête sur "l'ensemble des faits de l'accident" et sur les faits d'outrages et menaces de mort sur les policiers, a précisé le parquet. 

La rédaction de RMC (avec AFP)