RMC

"À Bobigny, les caïds et les islamistes sont au pouvoir": une enquête dénonce le clientélisme en Seine-Saint-Denis

L’enquête d’Eva Szeftel, parue ce mercredi, dénonce la façon dont Jean-Christophe Lagarde a, selon elle, instauré un clientélisme électoral afin de faire basculer la mairie de Bobigny à droite en 2014 en faisant élire Stéphane de Paoli (UDI) à la tête du fief communiste.

"Quand la République pactise avec le crime": le sous-titre du livre de Eve Szeftel, intitulé "Le maire et les barbares", pourrait être le sujet d’un nouveau film à suspense et pourtant, c’est d’une personne bien réelle dont parle la journaliste à l’AFP.

A travers cette enquête, Eva Szeftel dénonce les liens entre Jean-Christophe Lagarde, député de Seine-Saint-Denis et le "gang des barbares", cette vingtaine de jeunes qui avaient séquestré et tué Ilan Halimi, pour l’aider à conquérir la mairie de Bobigny.

"Plus de 400.000 euros vont être distribués entre 2010 et 2014"

Ces accusations, la journaliste les a documentées notamment avec les rapports rendus par la Chambre régionale des comptes mais aussi grâce à des années de vie dans la ville de Bobigny.

"Jean-Christophe Lagarde va aider les jeunes des cités à prendre le pouvoir. Ils vont l’aider en retour à être élu. L’un des moyens de cette alliance inédite entre la droite et les cités, c’est la réserve parlementaire à laquelle chaque député à droit. Plus de 400.000 euros vont être distribués entre 2010 et 2014. La ville bascule en 2014 mais la stratégie est mise en place bien avant. L’assistant parlementaire de Jean-Christophe Lagarde, qui est issu de la grosse cité de la ville est un ami d’un des membres du gang des barbares. Il va se charger de distribuer cette manne à des associations. On va ensuite retrouver aux postes à responsabilités les responsables de ces associations, qui vont s’octroyer des rémunérations sans rapport avec leurs compétences".

"J’ai vu une présence de plus en plus marquée de l’islam politique"

Financement de la mosquée de Bobigny, responsables religieux au sein des équipes de la municipalité… C’est l’ensemble de la ville de Bobigny que la journaliste a vu changer depuis 2014.

"J’ai vu une présence de plus en plus marquée de l’islam politique. La politique municipale a favorisé la constitution d’un écosystème islamique. Une salle de sport avec horaires séparés entre hommes et femmes a ouvert en plein centre-ville, indirectement subventionnée par la mairie. Ils ont effacé une dette locative qui leur a permis ensuite d’ouvrir cette salle. Une école coranique, inaugurée par la mairie s’est aussi installée".

"Un climat de terreur règne dans cette ville"

Les comportements sont aussi épiés et contrôlés: "Une élue musulmane a eu le malheur de fumer une cigarette pendant le ramadan sur le parvis de l’hôtel de Ville. Le directeur de cabinet et ancien assistant parlementaire de Jean-Christophe Lagarde est venu lui dire qu’on ne fumait pas pendant le ramadan (…) C’est aussi une ville où il est de plus en plus difficile de boire de l’alcool (...) À Bobigny, les caïds et les islamistes sont au pouvoir".

Ce livre, paru ce mercredi, n’a pas manqué de faire régir le député de Seine-Saint-Denis qui dénonce des "manipulations" et dit vouloir "porter plainte en diffamation". Une menace, qui ne semble pas effrayer la journaliste qui affirme pour l’heure, ne pas avoir de nouvelle de cette plainte. Elle se dit "assez sereine. Ce livre est une enquête extrêmement fouillée", conclut-elle.

Bourdin Direct (avec C.P.)