RMC
Alerte info

Adrien Quatennens radié du groupe parlementaire LFI pour 4 mois après sa condamnation

Adrien Quatennens le 3 août 2022 à l'Assemblée nationale

Adrien Quatennens le 3 août 2022 à l'Assemblée nationale - Alain JOCARD / AFP

Adrien Quatennens a été condamné, ce mardi, à 4 mois de prison avec sursis pour des faits de violences sur son épouse. Le groupe parlementaire LFI a décidé de le radier temporairement, pour une durée de 4 mois à compter d'aujourd'hui et jusqu'au 13 avril 2023. Son retour est conditionné à l'engagement de suivre un stage de responsabilisation sur les violences faites aux femmes.

Après la sanction pénale, la sanction politique. Le député LFI du Nord, Adrien Quatennens, a été condamné ce mardi à quatre mois de prison avec sursis, pour "violences sans incapacité commises par conjoint" entre octobre et décembre 2021, ainsi que pour "envoi régulier et malveillant de messages" à son épouse entre août et septembre 2022.

En conséquence, le groupe La France insoumise a décidé que le député serait suspendu temporairement.

"Cette décision est éclairée par la décision de justice prise après enquête, le principe féministe de prendre au sérieux la parole des femmes, et une volonté de gradation des sanctions", explique le groupe dans un communiqué.

Supension jusqu'au 13 avril

"Considérant qu'Adrien Quatennens est d'ores et déjà mis en retrait de son activité parlementaire depuis 3 mois, nous avons pris la décision de suspendre Adrien Quatennens de notre groupe, selon les modalités suivantes : radiation temporaire du groupe parlementaire LFI-Nupes pour une durée de 4 mois à compter d'aujourd'hui et jusqu'au 13 avril 2023."

Son retour dans le groupe parlementaire est "conditionné à l'engagement de suivre un stage de responsabilisation sur les violences faites aux femmes auprès d'associations féministes".

Des députés Nupes contre son retour

Plus tôt dans la journée, plusieurs membres des partis alliés dans la Nupes s'interrogeaient sur son retour. "C'est une décision judiciaire sérieuse, une peine conséquente, grave [...] est-il en situation de défendre la cause commune qui est la nôtre, y compris la cause des féministes?", s'est demandé le député communiste Sébastien Jumel.

"Pour le groupe écolo, il est très clair qu'il ne peut pas revenir après cette condamnation importante", a aussi réagi Sophie Taillé-Polian, députée représentante des écologistes dans l'intergroupe Nupes.

"S'il avait été socialiste, je peux vous dire qu'il aurait été exclu", a déclaré pour sa part Arthur Delaporte, du groupe socialiste.

AB