RMC

Affaire McKinsey: pourquoi la justice pourrait intervenir selon l'auteur du livre "Les Infiltrés"

L'entreprise américaine McKinsey, à laquelle a fait appel à de nombreuses reprises le gouvernement pendant le quinquennat d'Emmanuel Macron, ne paye pas d'impôt sur les sociétés en France selon le Sénat. De l'optimisation fiscale qui dérange et qui met le chef de l'Etat dans une position difficile, à quelques jours de la présidentielle.

C’est un sacré caillou dans la chaussure d’Emmanuel Macron à quelques jours du premier tour de la présidentielle. Depuis plusieurs semaines, le président sortant et son entourage doivent se justifier sur l’affaire McKinsey. Ce cabinet de conseil avec lequel l’Etat a passé de nombreux et juteux contrats, alors que l’entreprise n’a pas payé d'impôts sur les sociétés en France depuis dix ans selon le Sénat.

Une affaire qui, si elle ne met pas encore Emmanuel Macron dans une très mauvaise position, l’agace a minima, en témoigne sa réponse il y a quelques jours sur France 3. “On a l'impression qu'il y a des combines, c'est faux. Aucun contrat n'est passé dans la République sans qu'il respecte la règle des marchés publics. Que quiconque a la preuve qu'il y a manipulation mette le contrat en cause au pénal", a indiqué le chef de l’Etat.

Pourtant, selon Matthieu Aron, auteur du livre "Les Infiltrés" sur ces fameux cabinets de conseil, il y a bien de la matière à ce que la justice intervienne.

“Il y a d’abord la question qui est posée, qui pour l’instant n’est qu’une question, est-ce que le monsieur de McKinsey qui a fait son témoignage au Sénat a dit toute la vérité ou est-ce qu’il a fait un faux témoignage? Et deuxièmement, ce qui est beaucoup plus intéressant à mon sens, c’est que la justice devrait peut-être se pencher sur ces pratiques d’optimisations fiscales. McKinsey ne paye pas d’impôt en France parce que McKinsey affiche des bénéfices qui sont de l’ordre de zéro, parce qu’ils font payer un certain nombre de leurs frais par leur maison mère qui est basée aux Etats-Unis. C’est de l’optimisation fiscale, c’est autorisé. Sauf que, est-ce qu'on n'abuse pas de cette optimisation? C’est sur ce point que les services des impôts doivent se prononcer”, indique-t-il dans "Les Grandes Gueules" ce jeudi sur RMC et RMC Story.

Et selon lui, si McKinsey le fait, c’est peut-être que d’autres cabinets de conseils le font également.

Le gouvernement se défend

Ce qui dérange également Matthieu Aron, c’est aussi le type des missions qui ont été confiées à McKinsey.

“Bruno Le Maire a confié en février 2021, à McKinsey, une mission qui consiste à lui indiquer quels sont les choix à faire pour faire des économies budgétaires en France. C’est une mission payée 18 millions d’euros. Et McKinsey va conseiller Bruno Le Maire pour savoir où on taille dans le budget pour les achats de l’Etat français”, détaille-t-il.

Lors d’une conférence de presse ce mercredi, deux ministres, Amélie de Montchalin et Olivier Dussopt, ont tenté de déminer l’affaire, une nouvelle fois. "Nous n'avons rien à cacher. Aucun cabinet de conseil n'a perçu un milliard d'euros et aucun cabinet de conseil n'a décidé d'aucune réforme", ont-ils indiqué.

Guillaume Descours