RMC

Affaire Trierweiler: Harlem Désir dénonce « une République du soupçon »

Harlem Désir sur RMC et BFMTV

Harlem Désir sur RMC et BFMTV - -

BOURDIN 2012 - Après les révélations de l'Express selon lesquelles des policiers auraient espionné la compagne de François Hollande, la journaliste Valérie Trierweiler, le premier secrétaire par intérim du PS, Harlem Désir, demande sur RMC des explications au ministère de l'Intérieur.

Réagissant au prochain dépôt de plainte de Claude Guéant contre L'Express, Harlem Désir estime sur RMC et BFMTV que le ministre de l'Intérieur « devrait surtout donner des explications plus claires que celles qu'il a données hier. Parce que les révélations de L'Express, si elles sont confirmées, sont d'une extrême gravité ».

«Des pratiques de police politique inacceptables»

« Comment se fait-il qu'une rédaction sérieuse, celle de L'Express, dise que par plusieurs sources concordantes, il leur arrive l'information selon laquelle une enquête aurait été diligentée - ou commanditée, ou effectuée - sur madame Trierweiler qui se trouve être la compagne d'un des responsables du PS et en l'occurrence candidat à la primaire en vue de la présidentielle ? Ces faits doivent être éclaircis (...). Si elles étaient confirmées, ça serait des pratiques de police politique inacceptables », estime Harlem Désir. « On nous avait promis une République irréprochable; on a une République du soupçon ».

Plainte de Guéant contre L'Express

La veille, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant s'était interrogé sur le travail des journalistes de L'Express, contre qui il a décidé de porter plainte. « Lorsque l'on formule des accusations aussi graves il faut apporter la preuve, il faut apporter des noms, on ne peut pas mettre ainsi en pâture des éléments qui sont approximatifs, qui ne sont que des suppositions », avait-il dit. « Si c'était avéré je serais indigné. Cela dit, ce n'est pas avéré du tout ».

La Rédaction