RMC

Budget 2014 : « Il y a eu panique à bord », dit Borloo chez Bourdin

Jean-Louis Borloo, président de l'UDI.

Jean-Louis Borloo, président de l'UDI. - -

Jean-Louis Borloo était l’invité de Jean-Jacques Bourdin ce jeudi à 8h35 sur RMC et BFMTV. Le président de l'UDI a notamment évoqué un éventuel rapprochement avec le MoDem en vue des européennes 2014.

Ce jeudi sur RMC et BFMTV de 8h35 à 9h, Jean-Louis Borloo était l’invité de Jean-Jacques Bourdin. Le président de l’UDI, a notamment évoqué sa volonté de voir le centre se réunir sous une seule bannière. Nouveau Centre, UDI et Modem pourrait en effet ne faire plus qu’un pour les élections européennes de 2014. « Je pense que Bayrou est rentré dans l'opposition et si c'est le cas, on va forcément cheminer ensemble », a d’ailleurs expliqué Jean-Louis Borloo qui lançait une perche à François Bayrou. Jean-Louis Borloo a aussi donné son point de vue sur le cumul des mandats.

>> UDI-Modem : Le centre peut-il s'unir ?

Sur des primaires au Centre

8h56 - JL.Borloo : « Il y aura forcément des primaires du centre/centre droit et un candidat sera désigné ».

Pour une candidature totale et définitive à la présidentielle ou plus globalement pour la droite, demande JJ. Bourdin.
« On verra bien en fonction de la situation du moment. Moi je suis favorable à une candidature du centre. Moi ? Mon objectif du moment c'est mettre un terme à la cacophonie fiscale ».

Sur les ambitions de Borloo

8h53 - JL. Borloo : « Pourquoi la présidentielle devrait être un marqueur de testostérone ? »

Sur l'union du centre

« Il n'y avait que le Modem qui n'était pas là. Bayrou est de plus en plus critique vis-à-vis du gouvernement. Il n'y a pas de raison de ne pas réunir le centre droit français... Il n'y a aucune mairie tenue par le Modem qui marche main dans la main avec le PS. Il peut y avoir des exceptions locales ».

Sur les gaz de schiste

8h50 - JL. Borloo : « Je ne suis pas favorable à l'exploration. Le sujet est intéressant. Continuons de développer les éoliennes en mer, le solaire... »

Sur le cumul des mandats

8h50 - JL. Borloo : « Je ne suis pas cumulard et on va y arriver »

Sur la fiscalité verte

8h44 - JL. Borloo : « Ce ne sont pas que des taxes. Ce sont des signaux pour faire changer les comportements. Là, on est en train de tuer cette idée. Il y a 3 mois, pour le budget on nous disait :"nous prendrons 3 milliards pour la contribution climat énergie..." Puis non. Il y a donc un trou de 3 milliards ».

Sur la fiscalité diesel

JL. Borloo : « Il doit y avoir une négociation pour passer du diesel à l'électrique ou l'essence. Mais ça se négocie avec les industriels. L'objectif est d'aller vers le tout électrique ou hybride de manière massive. Honnêtement je crois que les Verts sont contents d'être au gouvernement. Mais on n'a jamais autant cassé les énergies renouvelables. On arrête les grandes infrastructures... Je pense que les Verts vont rester au gouvernement ».

Sur le budget 2014

« Non je ne le voterai pas ».

Sur la pause fiscale

8h42 - JL. Borloo : « J'ai cru comprendre que les mutuelles allaient augmenter... Si Hollande appelle ça pause fiscale malgré des taxes... je n'appelle pas cela une pause fiscale. Les impôts vont augmenter, ça ne fait aucun doute ».

« Une promesse non tenue », lance JJ. Bourdin. « C'est ça répond » JL. Borloo.

Sur le budget

8h40 – JL. Borloo : « Hier, il y a eu conférence de presse car il y avait panique à bord. Le pacte de confiance c'est "un coup je te vois, un coup je te vois pas". On est dans une situation d'annonce et de recul permanent. Mais à la fin personne n'investit et on ne profite pas de la reprise internationale. Rappelez-vous, je vous l'avais dit ici il y a quelques temps ».

Sur la Syrie

8h36 - JL. Borloo : « C'est assez fort de voir un président russe sauver les Etats-Unis d'une crise institutionnelle majeure. Je ne crois pas que J. Kerry, que je connais bien, ait fait une gaffe. Poutine étant un homme qui aime l'ordre, pas le désordre, il a pris la main tendue. Et pour Hollande, c'est pareil. Je ne crois pas que le Sénat aurait suivi le président. Je ne pense pas qu'il y aura une intervention. Nous ne sommes plus dans ce schéma-là ».

>> Syrie : Poutin peut-il faire basculer la situation ?

Tugdual de Dieuleveult avec Jean-Jacques Bourdin