RMC

Cabinet noir à l'Elysée: Fillon exploite ce livre pour se tirer de ce mauvais pas dans lequel il s'est mis

Jeudi soir sur France 2, François Fillon a accusé le chef de l'Etat d'avoir mis en place un "cabinet noir" pour organiser les fuites dans la presse sur ses affaires judiciaires. Il dit se baser sur le livre Place Beauvau, Police: les secrets inavouables d'un quinquennat. Mais Olivia Recasens, co-auteur du livre et invité de Bourdin Direct ce vendredi, récuse totalement ces allégations.

"Scandale d'Etat". François Fillon accuse François Hollande d'avoir mis en place un cabinet noir qui serait à l'origine de ses ennuis judiciaires. Jeudi soir sur France 2, le candidat LR a la présidentielle a dit baser ses dires sur le livre Place Beauvau, Police: les secrets inavouables d'un quinquennat.

Faux, estiment les auteurs du-dit livre. Olivia Recasens, invitée de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi matin, contredit ces affirmations: "Je crois que François Fillon est atteint d'une maladie qui est courante en ce moment: le trumpisme. Donc il tient pour faux ce qui est vrai, c’est-à-dire les révélations du Canard Enchaîné, et pour vrai ce qui est faux à savoir l'existence d'un cabinet noir qui aurait œuvré contre lui ce que nous n'avons absolument pas écrit dans notre livre".

"On ne peut pas prouver son existence ou son inexistence"

Sur la remontée des informations judiciaires, la journaliste affirme que François Hollande n'est pas le seul à en bénéficier: "Le cabinet noir tel que le définit François Fillon n'existe pas. On ne peut pas prouver l'existence d'un cabinet noir, comme on ne peut pas prouver son inexistence. Il existe une remontée des informations judiciaires mais c'est une vieille et une très mauvaise habitude du politique qui existe depuis très longtemps".

Olivia Recasens estime que François Fillon "tire sa dernière cartouche": "Il exploite ce livre pour se tirer de ce mauvais pas dans lequel il s'est lui-même mis".

Le chef de l'Etat n'a pas attendu la fin de L'Emission politique de France 2 pour "condamner avec la plus grande fermeté les allégations mensongères" de M. Fillon, assurant n'avoir été "informé" des affaires concernant ce dernier que "par la presse". Les propos de Fillon apportent "un trouble insupportable" à la campagne présidentielle, a-t-il ajouté.

P.B.