RMC

"Ce texte est injuste": Richard Ramos, député de la majorité, s'oppose à la réforme des retraites

Dans "Les Grandes Gueules" ce mercredi sur RMC et RMC Story, le député de la majorité Richard Ramos se dit incapable de voter la réforme des retraites en l'état. Comme d'autres voix au sein de la majorité, il appelle à un texte "plus juste".

Le soutien de la majorité envers la réforme des retraites commence-t-il à s'effriter? Après les doutes émis par Franck Riester, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, qui a concédé que les femmes seraient "un peu pénalisées" par le projet gouvernemental, c'est Richard Ramos, le député du Loiret, qui s'en prend plus frontalement à la réforme.

L'élu MoDem se bat pour une réforme plus juste et met en avant son indépendance: "Quand monsieur Véran me dit qu'on a signé un papier pour avoir l'investiture, qu'on doit être le doigt sur la couture, puis prendre les députés pour les 'pimpims' de la République, ça ne marche pas!", peste-t-il ce mercredi sur le plateau des "Grandes Gueules". "Moi, je vais voir les gens et si je trouve que ce qu'ils me disent est juste, je le défends", ajoute l'élu.

"Aujourd'hui, cette réforme est injuste. Quelqu'un qui a travaillé pendant 30-40 ans, qui a été ouvrier et qui finit cadre, sa boîte va le virer à 55 ans parce qu'il va gagner plus qu'un jeune. Et celui-ci, on va lui dire qu'il va finir au RSA. Et le bonus-malus qu'on va mettre aux entreprises, ça ne marche pas", tonne Richard Ramos sur RMC et RMC Story.

"En l'état, je ne vote pas cette réforme. Avec Philippe Vigier (député centriste d'Eure-et-Loir, ndlr), on se bagarre pour avoir notamment une clause de revoyure et faire un point en 2027 pour voir si les gens ne peuvent pas partir plus tôt".

"Je veux qu'on fasse des réformes justes"

Et il assure ne pas être téléguidé par François Bayrou, le présiden du MoDem, ni être un "frondeur". "On doit écouter le peuple français. Les ministres pensent que les députés ne servent à rien. Et que quand ils sont à l'Assemblée nationale, ce n'est qu'un petit mauvais moment à passer. Mais moi, j'essaie de faire mon job d'élu rural et quand je sens des choses justes, je les défends", plaide Richard Ramos.

"On sent une fatigue. Il y a beaucoup de gens qui ont voté pour Emmanuel Macron et nous et ils me disent: "On vous a fait confiance. Si vous laissez la réforme en l'état, on votera pour Marine Le Pen'. Et moi, je ne veux pas de madame Le Pen, je veux qu'on fasse des réformes justes pour qu'elle n'arrive pas au pouvoir", ajoute l'élu.

Lundi, c'est Barbara Pompili, la députée de la majorité et ancienne ministre de la Transition écologique, qui a estimé qu'on ne pouvait pas "faire une réforme contre la population". "À ce stade, si je devais voter maintenant, je ne pourrais pas voter pour", a-t-elle assuré à BFMTV.com.

G.D.