RMC

Réforme des retraites: pourquoi les femmes seraient plus pénalisées que les hommes

Dans "Apolline Matin" ce mercredi sur RMC et RMC Story, Nicolas Poincaré s’est attardé sur la polémique qui enfle depuis le début de la semaine, à savoir que les femmes se verront “un peu pénalisées” par la réforme des retraites comme le dit Franck Riester, le ministre chargé des relations avec le Parlement.

Ça ressemble à une énorme boulette... Franck Riester a dit tout haut ce qu’une étude du gouvernement avait révélé lundi: une injustice pour les femmes dans la réforme des retraites, alors que le gouvernement ne cesse de présenter sa réforme comme une réforme “juste”.

Lundi soir, sur Public sénat et LCP, pressé de questions, Franck Riester a fini par lâcher ces phrases plutôt explicites.

“On n’a jamais dit que tout le monde serait gagnant. On n’en disconvient absolument pas. Les femmes sont un peu pénalisées par le report de l'âge légal à 64 ans”.

Un autre ministre, Clément Beaune, a été dans le même sens que son collègue, mais avec d’autres mots. ”Le saut va être un peu plus grand” pour les femmes, avait-il affirmé sur France Info.

Age légal et âge réel de départ à la retraite diffèrent

C’est en tout cas indéniable. Les femmes seront plus impactées par la réforme. Pourquoi? Parce qu’elles sont plus nombreuses que les hommes à avoir aujourd’hui suffisamment de trimestres cotisés pour pouvoir partir à 62 ans. Et cela grâce aux huit trimestres par enfant qui leur sont attribués. Elles seront donc plus nombreuses que les hommes à devoir travailler plus longtemps.

La réforme prévoit pourtant que tout le monde va devoir travailler jusqu'à 64 ans! Les femmes comme les hommes… Mais il faut comparer avec ce qu’il se passe aujourd’hui.

On peut actuellement partir à l’âge de 62 ans mais dans les faits, les Françaises et les Français partent plus tard. Tout simplement car ils n’ont pas assez de trimestre à 62 ans. Et en effet, l'âge moyen du départ aujourd’hui, c’est un tout petit peu moins de 63 ans.

Avec la réforme, l'âge moyen à terme devrait donc atteindre 64 ans et demi, contre 64 ans sans la réforme. Il y aura toutefois une forte disparité entre les hommes et les femmes.

Oui, l'écart entre hommes et femmes devrait se réduire...

D’ici quelques années, l’effort demandé sera deux fois plus important pour les femmes que pour les hommes. Huit mois pour les femmes, quatre pour les hommes. C’est pour cela que les ministres parlent d’un “saut un peu plus grand” ou de femmes “un peu pénalisées". C’est pour cela que Mathilde Panot (LFI) parlait, mardi soir sur BFMTV, d’une réforme anti-femmes.

Le gouvernement répond que les femmes verront leurs retraites augmenter. Agnès Pannier-Runacher, la ministre de la Transition énergétique, a par exemple dit mardi sur RMC et RMC Story que "les femmes (allaient) gagner plus, c’est ça l'essentiel".

Et effectivement, l'étude d’impact de la réforme qui vient d'être publiée par le gouvernement estime que la nouvelle loi va contribuer à réduire les écarts sur les pensions.

... à l'horizon 2070

C’est mécanique. Puisque les femmes vont être amenées à cotiser plus longtemps, forcément le montant de leur retraite augmentera en conséquence. Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, affirme qu'à terme, la pension moyenne des femmes sera revalorisée de 2,2% alors que celles des hommes ne le sera que de 0,9%.

Une vérité à long terme seulement. Dans un premier temps, pour ceux qui vont partir dans les années qui viennent, l’augmentation ne sera que de 1% pour les femmes et 0,2% pour les hommes. Pas vraiment de quoi réduire ces écarts qui s’avèrent énormes. Les pensions moyennes des femmes sont 40% inférieures à celles des hommes. Parce que les femmes sont plus nombreuses à avoir eu des carrières hachées ou à avoir travaillé à temps partiel.

La réforme va donc un peu corriger cette injustice mais à la marge seulement. L’étude d'impact prévoit qu'à très long terme, l’écart se réduira. On peut envisager un progrès significatif, c'est-à-dire que les hommes ne gagnent qu’un petit peu plus que les femmes. Mais c’est prévu à l’horizon 2070…

Nicolas Poincaré