RMC

Cent jours de Macron: "C'est une présidence assumée"

Le 15 août, Emmanuel Macron aura été élu depuis 100 jours. Et selon un sondage Ifop diffusé vendredi, un peu plus d'un Français sur trois (36%) est satisfait de son action. Un sondage à relativiser selon Denys Pouillard, directeur de l'Observatoire de la vie politique et parlementaire.

Quasiment cent jours après son élection, seulement 36% des Français se déclarent satisfaits de l'action d'Emmanuel Macron. Soit encore moins que François Hollande qui réunissait 46% de satisfaits à la même époque en 2012.

Pour autant, peut-on dire que ce début de quinquennat soit raté? Non, estime Denys Pouillard, directeur de l’Observatoire de la vie politique et parlementaire: "Je ne crois pas que ce début de quinquennat soit raté. On a l'impression que c'est un peu inodore et incolore. On a l'air de dire qu'il ne s'est rien passé. En science politique, nous devons réviser nous-même notre lecture et interprétation des sondages parce qu'il ne faut pas oublier qu'à la présidentielle et aux législatives, il y a eu des taux d'abstention record donc il faut lire les sondages avec une autre vue".

"Nous sommes dans de nouvelles moeurs politiques et médiatiques"

Selon lui, c'est surtout le mode de présidence qui a changé et déroute peut être l'opinion publique: "Nous étions habitués lors des derniers quinquennats ou septennats à des grandes déclarations et à des commentaires. Les choses ont changé. Nous sommes dans de nouvelles mœurs politiques et médiatiques. Je comprends que les médias ne puissent pas faire ces fameux commentaires. Je pense que nous ne sommes plus dans la présidence normale comme lors du précédent quinquennat. Ce n'est pas non plus une hyperprésidence. C'est une présidence assumée par rapport aux deux interlocuteurs du président à savoir le législatif et le Premier ministre".

Pour Denys Pouillard, Emmanuel Macron a su mettre en place une "nouvelle gouvernance": "Autrefois les ministres téléphonaient au Président quand ils n'étaient pas contents, ça ne se passe plus comme ça. Et c'est ça qui est important. La composition du gouvernement fait qu'il n'y a plus de ministre appartenant à des écuries présidentielles ou qui ait des ambitions présidentielles. C'est une bonne chose pour le Président de la République. Il a le cap et une équipe à l'anglo-saxonne".

P.B.