RMC

Christophe Castaner: ce qu'il faut retenir de sa première sortie médiatique

Le nouveau ministre de l'Intérieur a livré sa première interview depuis sa prise de fonctions. Il s'est exprimé dans Le journal du dimanche et a livré sa vision et ses objectifs.

Le nouveau ministre de l'Intérieur a posé les bases. Contrôles migratoires, conditions de travail des policiers, violence dans les quartiers: Christophe Castaner a dressé sa feuille de route de ministre de l'Intérieur dans un long entretien au JDD, en reprenant les chantiers-clé ouverts par Gérard Collomb.

Le ministre revendique une "politique ferme contre l'immigration irrégulière". "Un tiers des demandeurs d'asile en France ont été déboutés dans un autre pays d'Europe, c'est inadmissible. Nous n'avons pas vocation à être une 'instance d'appel' des déboutés de l'Allemagne ou de l'Italie", ajoute-t-il.

En ce sens, il va également échanger dans "les tout prochains jours" avec ses homologues européens, dont le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini. La tension est montée d'un cran quand l'Italie a envoyé samedi des policiers patrouiller à la frontière française afin d'empêcher les refoulements de migrants.

Les policiers "ont raison de se plaindre" de la vétusté de leur matériel

Côté national, le ministre adresse également des signes à ses troupes et notamment aux policiers en rappelant la hausse de 3,5% du budget de son ministère. Christophe Castaner reconnaît que les policiers "ont raison de (se) plaindre" de la vétusté de leur matériel, rappelant que 300 millions d'euros par an seront consacrés à la rénovation de l'équipement auxquels s'ajoutent 130 millions pour la rénovation de la flotte automobile. 

Il a également confirmé qu'il se rendrait ce dimanche à Champigny (Val-de-Marne) où des policiers se sont fait insulter dans une vidéo

Sur un autre chantier attendu, Christophe Castaner annonce qu'il présentera à Emmanuel Macron dans "quelques jours" les résultats de la consultation organisée dans chaque département sur l'organisation de l'Islam de France. Côté politique, il a finalement confirmé qu'il ne lorgnait plus sur la mairie de Marseille et assure qu'il se consacrera à 100% à son poste.

Arthur Delaborde (avec J.A.)