RMC

Comment Edouard Philippe veut recruter des élus locaux au congrès des maires de France

L'ancien Premier ministre Edouard Philippe se rendra ce mardi au congrès des maires de France. Avec un objectif en tête, se rapprocher des élus locaux, notamment avant les sénatoriales de 2023.

Le maire du Havre Édouard Philippe entend bien faire entendre sa petite musique au Congrès des maires de France. Le discret ancien Premier ministre y sera présent dès ce mardi, au premier jour de ce rassemblement. Au programme, une déambulation de plusieurs heures avec à la clé des selfies et des serrages de mains à la pelle, histoire de cultiver sa notoriété, mais aussi de recruter.

Car Édouard Philippe ne sera pas à la Porte de Versailles pour rien. L’ancien Premier ministre a basé une grande partie de sa stratégie de conquête sur les élus locaux. Il les réunira d'ailleurs dès mardi soir au siège de son parti Horizons, 24 heures avant la réception organisée par Emmanuel Macron avec plusieurs centaines de maires à l’Élysée. Mais ne cherchez pas Édouard Philippe mercredi Porte de Versailles, jour où le président de la République se rendra au congrès. Il sera retenu pour d’autres rendez-vous à Paris.

Édouard Philippe a plusieurs échéances dans le viseur. La première, le congrès des Républicains. En cas de victoire d’Eric Ciotti ou de Bruno Retailleau, Édouard Philippe espère débaucher des maires modérés, explique un de ses proches, mais aussi une demi-douzaine de députés. “Ça me parait logique qu’ils viennent chez nous”, pronostique un parlementaire. Autre échéance importante pour Édouard Philippe, les sénatoriales de 2023. Son objectif est de décrocher un groupe au Sénat. Et c’est là que les maires, ces grands électeurs, prennent toute leur importance.

Peu apprécié par les proches d'Emmanuel Macron

Mais cette attitude ne plaît pas vraiment aux proches du président. Pour preuve, cette confidence d’un proche d’Emmanuel Macron.

“Édouard Philippe regarde l’horizon, mais il ne veut pas affronter les vents contraires et soutenir le président dans les tempêtes. Quand c’est difficile, il est plutôt du genre à se mettre aux abris”, appuie sans concession ce marcheur de la première heure.

“Il va peut-être recevoir les maires pendant le congrès, mais franchement, ce n'est pas avec ça qu’on remet le pays debout”, ajoute-t-il. Voilà le maire du Havre rhabillé pour les tempêtes hivernales. Réponse d’un partisan de l’ancien Premier ministre: “Édouard Philippe a la dimension d’un homme d’Etat et il n’y en a pas beaucoup. Il ne faut pas se gâcher, le pays peut avoir besoin de lui”. La stratégie donc de la discrétion et une façon assumée de prendre ses distances avec Emmanuel Macron.

Jérémy Trottin