RMC

"Être plus efficace pour les Français": faut-il revoir la charge de travail à l'Assemblée?

Sabrina Agresti-Roubache, députée Renaissance des Bouches-du-Rhône, était l'invitée d'"Apolline Matin" ce mardi sur RMC et RMC Story, alors que la question du rythme de travail des députés fait débat. Certains estiment être surmenés.

Faut-il réorganiser le temps de travail à l'Assemblée nationale? La situation actuelle à l'Assemblée nationale, où aucune majorité absolue ne s'est dégagée après les élections législatives de 2022, tend les débats au Palais Bourbon.

Cela force les députés de la majorité relative à assister à la plupart des séances, même nocturnes, pour voter les lois, en plus du fastidieux travail de l'ombre en commission. Beaucoup font part de leur fatigue, de leur difficulté à suivre le rythme ou à entendre les doléances de leurs administrés.

Sabrina Agresti-Roubache, députée Renaissance des Bouches-du-Rhône, assure que ce n'est pas la charge de travail qui est à la source du problème. Elle fait partie de ces députés qui estiment qu'il faut tout réorganiser, notamment pour passer plus de temps dans leur circonscription.

"Je pense que le mandat de député a changé. Même si ce n'est pas un mandat local, contrairement à ce que les gens pensent, les gens, surtout dans cette période de crise, ont besoin de vous voir", juge-t-elle.

Elle rappelle ainsi le paradoxe classique des députés. "On nous reproche d'être trop à Paris, mais si on n'est pas à Paris, on ne peut pas faire la loi", illustre-t-elle.

Sabrina Agresti-Roubache réclame ainsi de trouver un nouvel "équilibre". Plusieurs pistes sont avancées pour aménager cela: mettre fin aux séances de nuit, réserver une semaine par mois à la présence en circonscription, suivre les séances en visioconférence.

"Il faut être plus efficace. Je suis chef d'entreprise et je réfléchis à comment être le plus utile possible", justifie-t-elle.

La députée Renaissance rappelle également que, comme beaucoup de gens, elle a une vie de famille à assurer. "On a des enfants, un mari, une maison à faire tourner, des obligations des rendez-vous médicaux... Je refuse de renoncer à ma famille, c'est ma priorité, mon équilibre. Et on peut être beaucoup plus efficace si on a un vrai équilibre familial."

J.A.