RMC

Evasion fiscale, rapports bâclés: le cabinet McKinsey, fidèle partenaire du gouvernement, dans la tourmente

Le Sénat a révélé jeudi que le cabinet de conseil McKinsey, largement sollicité par le gouvernement depuis le début du quinquennat d'Emmanuel Macron, n'avait payé aucun impôt sur les sociétés entre 2011 et 2020. Pire encore, le cabinet aurait rendu des rapports bâclés malgré une facture salée pour le contribuable.

C'est un rapport qui fait tâche pour le gouvernement à quelques semaines de l'élection présidentielle. Selon une commission d'enquête du Sénat les entités françaises du cabinet de conseil McKinsey n'ont versé aucun impôt sur les sociétés entre 2011 et 2020. Pourtant en 2020, cette entreprise a réalisé 329 millions d'euros de chiffre d'affaires sur le sol français, dont 17 millions d'argent public, le gouvernement ayant fait énormément appel à ces cabinets pendant la pandémie.

Le porte-parole du gouvernement s'est dit choqué ce vendredi matin sur RMC et BFMTV avant de tenir à rappeler que c'est le gouvernement d'Emmanuel Macron qui a fait plier d'autres géants américains qui s'abstenaient de payer des impôts en France: " "Cela me choque toujours. Mais qui a créé une taxe sur les géants du numérique, Google, Amazon, Facebook, qui ne payaient pas leurs impôts en France alors qu'ils y font des bénéfices? C'est nous! On n'a aucun état d'âme à dire que quand on fait des bénéfices en France, on doit y payer des impôts", a-t-il justifié face à Apolline de Malherbe.

Pas question pour autant d'arrêter les collaborations avec le cabinet McKinsey: "Il y a une enquête parlementaire, cela veut dire qu'on est transparents. Ensuite on va réduire nos dépenses en la matière", assure Gabriel Attal.

>> A LIRE AUSSI - "Un putsch progressif": comment les cabinets de conseil se sont installés au cœur de l’Etat

"Soit Emmanuel Macron est mal informé, soit il ne dit pas la vérité"

Car de manière générale, le recours aux consultants privés a fortement augmenté entre 2018 et 2021 pour atteindre près d’un milliard d’euros de dépenses l'année dernière: "1 milliard d'euros c'est colossal, mais surtout cette somme a doublé sous le quinquennat d'Emmanuel Macron", explique sur RMC Caroline Michel-Aguire, grand reporter à L'Obs, et co-autrice des Infiltrés, une enquête sur l'influence des cabinets de conseil dans les lieux de pouvoir. "C'est révélateur d'un écosystème qui était jusque-là caché", ajoute-t-elle.

Interrogé sur le sujet lors de la présentation de son programme, le président de la République a assuré que l'explosion des recours aux cabinets de conseil était due à la crise sanitaire: "C'est faux, le Sénat avait déjà révélé que la hausse des dépenses liées à la crise sanitaire dans les cabinets de conseil était de 45 millions d'euros", balaie Caroline Michel-Aguire. "Emmanuel Macron minimise et dit quelque chose qui n'est pas vrai. Soit il est mal informé, soit il ne dit pas la vérité", ajoute-t-elle.

"Les responsables politiques n'assument pas, c'est un déni démocratique, c'est caché. Le gouvernement pourrait assurer faire appel à des cabinets de conseil arguant qu'ils ont des compétences que le public n'a pas, mais non, c'est caché", assure Caroline Michel-Aguire.

Des rapports parfois inutiles

Pour Gabriel Attal pourtant, il n'y aucun tabou à faire appel à des compétences privées pour aiguiller des politiques publiques: "Ce n'est pas un tabou. L'Etat n'est ni omniscient, ni omnipotent. L'État peut se renforcer en faisant appel à des compétences qui viennent du privé".

Si le cabinet de conseil a notamment conseillé efficacement le gouvernement sur la stratégie vaccinale à suivre, Mediapart révèle que McKinsey a souvent été appelé à la rescousse pour finalement ne produire que des rapports comportant des informations déjà publiques.

Rapports qui ont parfois été repris, traduits et légèrement modifiés pour être vendu par le cabinet à d'autres gouvernements comme l'assure la Sénatrice PCF Eliane Assassi: "Le cabinet McKinsey a fait des copier/coller de documents qu'ils remettaient à d'autres pays que la France, comme en Australie. Ils changeaient simplement les chiffres", révèle-t-elle sur Public Sénat.

>> A LIRE AUSSI - "Il y a une défiance du politique vis-à-vis de la fonction publique": pourquoi les cabinets de conseil infiltrent le gouvernement

Guillaume Dussourt Journaliste BFMTV-RMC