RMC

"Expliquez-nous": se présenter aux municipales et rester ministre, est-ce compatible?

Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics a annoncé lundi soir qu’il était candidat à la mairie de Tourcoing et il devrait donc quitter le gouvernement. Didier Guillaume, le ministre de l’Agriculture, risque lui aussi de devoir quitter son ministère parce qu’il est candidat à la mairie de Biarritz. Mais les deux cas sont très différents.

Pour les municipales, les règles du jeu sont simples. Elles ont été fixées par Edouard Philippe en septembre. Tous les ministres pouvaient être candidats aux municipales à deux conditions. 

La première, c’était de ne pas se déclarer avant le 1er janvier de cette année. Pour rester entièrement au travail le plus longtemps possible. Et deuxième condition, on ne peut être ministre et maire en même temps. En cas de victoire, les ministres devront donc choisir entre la mairie et le gouvernement.

Mais ils peuvent très bien être tête de liste, s’engager dans la bataille et finalement devenir premier adjoint pour rester au gouvernement. C’est par exemple ce qu’avait fait Gérald Darmanin à Tourcoing.

Alors justement, pourquoi dit-on que Gérald Darmanin va quitter le gouvernement? 

Parce qu’il a annoncé à La Voix du Nord, que s’il est tête de liste, c’est pour être maire. Et qu’il sait bien que l’on ne peut plus cumuler les deux fonctions. Il dit: "être ministre, c’est temporaire, être maire, c’est le combat d’une vie". Bref, il a choisi. Il préfère la mairie de Tourcoing à son grand bureau de Bercy. Il aura été l’homme du prélèvement à la source, et le plus Sarkozyste des Macronistes. Il n’a que 37. Il va poursuivre sa carrière. Il précise qu’il a fait ce choix avec l’autorisation du président de la République. 

Ce qui n’est pas le cas de Didier Guillaume, le ministre de l'Agriculture qui se présente à Biarritz. Et sans l’autorisation de personne surtout pas d’Emmanuel Macron. La République en Marche devrait soutenir le maire sortant, le Modem Michel Veunac, proche de François Bayrou et soutient de la première heure d’Emmanuel Macron. Et sur sa liste se trouve l’actuel ministre du tourisme, Jean-Baptiste Lemoine. 

On a donc deux membres du même gouvernement qui pourrait s’affronter aux municipales. C’est tout à fait inédit et d’ailleurs, cela ne devrait pas avoir lieu. Il est vraisemblable que Didier Guillaume soit pousser à la démission dans les jours qui viennent. En dehors de son cas particulier, une dizaine de ministres se présentent, mais pas comme tête de liste. 

Ces ministres ne devraient donc pas être amenés à choisir. Marlène Schiappa est candidate dans le 14eme arrondissement de Paris. Agnès Buzyn pourrait se présenter dans le 15eme. Mais pour l’instant elle s’occupe surtout du coronavirus. Marc Feneau, Gabriel Attal, Geneviève Darrieussecq sont aussi candidats.

Le cas Edouard Philippe

Ils ont répondu à l’appel d’Emmanuel Macron. Le Président a encouragé ses ministres à se présenter. Au cours d’un déjeuner de la majorité en décembre, il avait expliqué que pour un ministre, se présenter aux élections, c’est "Dans l’ordre des choses. Les ministres ont besoin de la légitimité du suffrage universel. Il ne faut pas qu’ils soient coupés des territoires". 

Voilà ce que défendait ce Président qui lui-même n’a jamais eu de mandat local. Et qui, en fait, ne s’est jamais présenté à une élection. Sauf une, la présidentielle. 

Et puis il y a le cas Edouard Philippe, le Premier ministre hésite à se présenter au Havre. Il a déjà été maire de 2010 à 2017. Elu dès le premier tour en 2014. Vendredi, se tient dans la ville, le premier meeting pour lancer la campagne. D’ici là, il aura dit s’il est candidat ou pas. Le Premier ministre joue assez gros: être élu renforcerait sa légitimité. Mais le risque d'être battu existe. 

Le port du Havre est actuellement bloqué par les dockers qui contestent la réforme des retraites, la réforme d'Edouard Philippe. La campagne risque d'être dure, de mobiliser l’attention. Il reste quelques jours à Edouard Philippe pour se décider. Être tête de liste, être sur la liste sans la diriger ou ne pas être candidat. Dans tous les cas de figures, il espère rester à Matignon après l'élection. 

Nicolas Poincaré