RMC

"Fillon dénonce ceux qui fuient le navire? Mais l'enjeu, c'est la France", répond Sébastien Huyghe

Devant ses partisans réunis place du Trocadéro à Paris, ce dimanche, François Fillon a dénoncé "ceux qui fuient le navire" dans son camp et le poussent à abandonner. Il a appelé également les personnalités de droite à faire "leur examen de conscience". "Je ne me sens pas déserteur", répond sur RMC.fr le député Les Républicains du Nord, Sébastien Huyghe, opposé au maintien de sa candidature.

Sébastien Huyghe est député Les Républicains du Nord, opposé au maintien de la candidature de François Fillon à la présidentielle.

"Il y avait du monde au Trocadéro et c'était logique. A l'occasion des meetings de François Fillon il y a du monde, et il y a des gens qui veulent voir gagner la droite. Ces gens auraient été là aussi avec un autre candidat: c'est le socle de notre électorat.

François Fillon nous appelle à faire notre examen de conscience? Mais je ne me sens pas déserteur. J'avais mis en garde tout le monde depuis pas mal de temps. Dès le 2 février j'avais demandé qu'il y ait un bureau politique pour prendre un certain nombre de décisions, vu la situation.

Le problème n'est pas d'être fidèle ou non à François Fillon, la question c'est: 'est-ce qu'il est encore en capacité de faire gagner nos idées et les porter au plus haut sommet de l'Etat'? C'est par rapport à une situation politique que les décisions doivent être prises, pas par rapport à la personnalité d'un homme.

"Je ne me sens pas déserteur"

Moi, j'ai compris de son discours, et notamment de la fin, qu'il s'en remettait à la décision des membres sa famille politique. Il s'est adressé à eux, assez fermement, avec des mots forts, mais j'ai eu le sentiment qu'il s'en remettait à la décision de sa famille. Notamment, dans un premier temps, au Comité politique qui doit se réunir ce lundi.

La situation actuelle nous dépasse, dépasse nos petites personnes et dépasse même la personnalité du candidat. Ce qui est en jeu, c'est la France.

"Il n'est plus en capacité de l'emporter"

A cause de la situation actuelle, François Fillon n'est plus en capacité de l'emporter. Notamment parce qu'il a dit à de nombreuses reprises que s'il était mis en examen, il ne serait pas candidat. Il doit respecter sa parole. C'est pour cela qu'un certain nombre de responsables politiques ont demandé à François Fillon de partir et se sont désolidarisés de sa campagne

"Tout va se jouer la semaine prochaine"

Je reste persuadé qu'il faut un bureau politique des Républicains, seul organe officiel à même de prendre des décisions pour le parti afin de déterminer les modalités de la suite. Le renoncement de François Fillon? Tout va se jouer la semaine prochaine. Dans le courant de la semaine, les choses auront eu lieu et j'espère que la campagne pourra enfin démarrer. C'est sa famille politique dans sa grande majorité, avec les principaux leaders, qui va le convaincre d'arrêter. Ses proches aussi, vont devoir lui faire entendre la voix de la raison afin qu'il se retire et donne une chance à nos idées de pouvoir l'emporter."

Propos recueillis par Philippe Gril