RMC

François Hollande veut "entendre" tous les électeurs

François Hollande en visite à Quimper, en Bretagne.

François Hollande en visite à Quimper, en Bretagne. - -

En meeting à Quimper, François Hollande a estimé ce lundi qu'il fallait se mettre à l'écoute de tous les Français, y compris des électeurs du Front national qui ont permis la percée de Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle dimanche.

Etre à l'écoute de tous les Français, y compris des électeurs du Front national : le message de François Hollande était clair ce lundi à Quimper. Le candidat socialiste, qui a viré en tête dimanche soir, devançant légèrement Nicolas Sarkozy, s'est rendu en Bretagne pour son premier déplacement d'entre les deux tours. "Nous devons les entendre", a-t-il dit à Quimper en évoquant "ces hommes et ces femmes qui ne savent plus vers qui se tourner" et qui vont "vers des vents mauvais", allusion au score historique de 17,9% des voix obtenu par Marine Le Pen.

"Je dois parler à tous"

"Ce sont souvent des ouvriers qui se demandent de quoi le lendemain va être fait, ce sont souvent des retraités qui n'en peuvent plus, ce sont des agriculteurs qui craignent pour la survie même de leur exploitation, ce sont même aussi des jeunes qui se disent mais où est notre avenir", a-t-il poursuivi. "Alors moi je dois parler à tous, en disant aux jeunes et moins jeunes, à ceux qui sont les plus loins du travail et ceux qui travaillent beaucoup et qui n’ont pas la récompense de leur effort, je dois leur dire : Vous êtes dans un grand pays et nous allons nous relever, tous ensemble : nous redresser !"

"La vague monte tellement haut qu'il va la prendre en pleine face"

Devant plusieurs milliers de personnes réunies sous la pluie près de la cathédrale Saint-Corentin de Quimper, François Hollande a rendu hommage aux candidats du Front de gauche et d'Europe Ecologie-Les Verts. "Nous devons rassembler la gauche, toute la gauche et j'ai apprécié qu'au soir du premier tour, les candidats Jean-Luc Mélenchon, Eva Joly disent immédiatement, sans rechigner, voilà, nous voulons la victoire de la gauche, nous voulons écarter le candidat sortant", a t-il dit. "Donc le rassemblement de la gauche, il est là, il est fait."
Comparant les résultats de ce premier tour à ceux réalisés par la gauche à l'occasion des campagnes de François Mitterrand, le candidat PS s'est dit également persuadé de sa victoire. "Nous avons fait le meilleur résultat depuis François Mitterrand en 1988, nous avons même fait mieux que lui en 1981", a-t-il dit. "En 1981, il avait gagné l'élection présidentielle alors nous allons gagner l'élection présidentielle." "La vague elle monte, elle monte, elle monte tellement haut qu'il va la prendre en pleine face", a t-il ajouté, à l'adresse de son concurrent Nicolas Sarkozy.

"Après le second tour, ce sera quatre débats?"

Revenant sur la proposition du président sortant d'avoir trois débats entre les deux tours, François Hollande a ironisé sur l'absence d'une telle proposition lors de la campagne de 2007 avec la candidate PS Ségolène Royal. "Après le second tour, ce sera quatre débats? Ce sera trop tard", a plaisanté le candidat PS qui a précisé qu'il mènerait un "grand débat comme il convient sur le bilan" du président sortant et "sur les projets respectifs".

La Rédaction, avec Reuters.