RMC

G7 à Biarritz: "Ce sont des jours qu'on ne rattrapera jamais", s'inquiètent les commerçants

Les commerçants sont préoccupés par le manque à gagner lié à la tenue du G7 à Biarritz en fin de semaine.

Un coeur de ville complètement bouclé, une autre zone accessible sur permis et une région globalement sous très haute surveillance, en pleine saison touristique: la sécurité sera maximale autour du G7 (24-26 août) à Biarritz sur lequel pèsent plusieurs menaces, notamment de "groupes violents".

Les commerçants sont inquiets pour leur business avant ce rendez-vous. Aymeric sert de quoi réchauffer les touristes quand la pluie s’invite à l’heure du goûter. Mais le propriétaire de ce salon de thé situé dans le périmètre de sécurité le plus strict s’inquiète du manque à gagner pendant le sommet.

"Le fait d'avoir été pris au piège dans cette période de l'année, ce n'est pas juste. La saison d'été est cruciale pour nous, c'est une station balnéaire compliquée. Ce sont des jours qu'on ne rattrapera jamais."

"Il faut essayer de faire du mieux qu'on peut"

Comme beaucoup de commerçants, Aymeric hésite à fermer boutique malgré les recommandations de la mairie. Pour Guy, taxi à Biarritz… le choix est déjà fait.

"Pour moi c'est une aberration. Je vais laisser la voiture au garage parce que les zones de circulation sont réduites et les sollicitations seront également faibles."

Et si le G7 était une opportunité pour se faire connaître à travers le monde? Dans sa boutique d’espadrilles locales, Julien veut y croire.

"On va essayer de trouver du positif dans cet événement. On a la possibilité de présenter notre marque à des délégations du monde entier. Il faut essayer de faire du mieux qu'on peut."

En cas de pertes financières, la mairie a promis des compensations.

Caroline Philippe (avec James Abbott)