RMC

Gattaz critique le programme du FN: "Des accusations sans aucun fondement", pour Le Pen

Marine Le Pen répond à Pierre Gattaz

Marine Le Pen répond à Pierre Gattaz - AFP

REACTIONS - Le président du Medef, Pierre Gattaz, met en garde contre le programme économique du Front National, qui est "l'inverse de ce qu'il faut faire," selon lui, à cinq jours du premier tour des élections régionales, dans un entretien au Parisien mardi. Une sortie qui fait réagir jusqu'à la président du parti, elle-même.

"Je dis attention." A cinq jours du premier tour des élections régionales, le président du Medef met en garde contre le programme économique du FN, dans un entretien au Parisien, publié ce mardi. "Je ne m'exprime pas sur la politique, mais sur le programme économique du Front national, précise d'entrée Pierre Gattaz. Et là, je dis attention, car il me rappelle étrangement le programme commun de la gauche de 1981." Une sortie loin de passer inaperçue à cinq jours du premier tour des élections régionales.

"Complètement impossible"

Philippe Beuscart, vice-président de la CGPME Nord, a été l'un des tous premiers à alerter sur le danger d'une victoire du FN dans sa région. Ce mardi matin, sur RMC, il met à nouveau en garde les électeurs: "Dans le programme du FN, il y a des choses qui ne vont pas du tout avec le monde de l'entreprise. Fermer les frontières ou revenir au franc, par exemple, ce n'est pas forcément très positif. C'est même complètement impossible".

Attaquée par Pierre Gattaz, Marine Le Pen se défend sur RMC. En meeting ce lundi soir à Lille, la candidate aux élections régionales en Nord-Pas-de-Calais/Picardie, a vivement critiqué cette prise de position. "Ce sont des accusations sans aucun fondement, s'emporte-t-elle. Ils nous ont dit la même chose avant les municipales. Ils nous ont expliqué que cela allait être un drame, que les commerces allaient fermer, que les entreprises allaient partir, que les gens fuiraient les villes gagnées par le FN. Or, il n'en est rien: les habitants sont très contents."

"Ni catastrophe, ni rien"

Et de se projeter ensuite dans le scénario de son arrivée aux affaires dans la région. "Il n'y aura ni catastrophe, ni puits de grenouille, ni invasion de sauterelles, ni rien de tout cela. Il y aura une meilleure politique, une meilleure gestion", assure-t-elle. Alors que la polémique enfle, Thibault Lanxade vice-président du Medef en charge des TPE et PME, estime que l'organisation patronale est dans son rôle de dénoncer des programmes économiques non viables pour l'avenir des entreprises.

"Quand on a des mesures qui sont mauvaises pour l'économie, il est de notre responsabilité de le dire, affirme-t-il. Quand on parle d'une retraite à 60 ans, de la mise en place de barrières douanières, d'une sortie de l'euro pour remettre le franc… Il faut le dénoncer". Et de rappeler que si cette sortie médiatique "intervient dans le cadre d'une campagne électorale", "le Medef est une organisation apolitique qui se borne à regarder les mesures qui concernent les entreprises et c'est ce que nous dénonçons aujourd'hui".

M.Ricard avec L.Top et P.Baduel