RMC

Gérald Darmanin: "Marine Le Pen et Jordan Bardella sont complices de ce racisme ordinaire"

Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, estime ce vendredi sur RMC-BFMTV que "Marine Le Pen et Jordan Bardella sont complices de ce racisme ordinaire", après les propos racistes d'un député RN à l'Assemblée nationale.

Grégoire de Fournas doit-il démissionner après avoir crié la phrase "Qu'il retourne en Afrique" pendant que le député LFI Carlos Martens Bilongo posait une question au gouvernement ce jeudi à l'Assemblée nationale? Selon Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, ce député RN doit "se poser la question".

"Je veux d’abord dire que comme énormément de Français, on est tous extrêmement choqués par ce qu’il s’est passé à l’Assemblée nationale, explique-t-il ce vendredi sur RMC-BFMTV. Cela fait quinze ans que je suis à l’Assemblée nationale d’une manière ou d’une, c’est la première fois que j’ai entendu quelque chose d’aussi ignominieux. Il ne faut pas considérer que c’est un détail, pour reprendre un mot du Front national. Je signerai cette pétition (de Renaissance, réclamant la démission de Grégoire de Fournas, ndlr). J’espère que le bureau de l’Assemblée nationale prendra la décision la plus forte pour sanctionner ce député du RN. Je pense que la question de sa démission se pose pour lui, en conscience."

"Mme Le Pen soutient ce député, elle n’a pas fait un pas de côté"

Selon Gérald Darmanin, "la chose la plus intéressante dans cette histoire terrible, c’est la position de Jordan Bardella et Marine Le Pen". "Ils nous ont expliqué que le RN ne ressemblait pas au FN, qu’il n’avait rien à voir avec Jean-Marie Le Pen, les anciens de l’OAS, de Vichy, les propos racistes que nous avons connus... Mme Le Pen soutient ce député, elle n’a pas fait un pas de côté. Je dirais même que les propos entendus depuis hier soir légitiment la parole de ce député. Ce qui est encore plus inquiétant que les propos de ce député qui doit se retourner vers sa conscience, c’est la position de Marine Le Pen et Jordan Bardella. Ils sont finalement complices de ce racisme ordinaire."

Le bureau de l'Assemblée nationale se réunit ce vendredi après-midi pour prendre une décision sur cette affaire. Le député RN Grégoire de Fournas risque la "censure avec exclusion temporaire", soit 15 jours de suspension pendant lesquels il ne pourrait plus siéger. Son indemnité de député serait aussi divisée par deux pendant deux mois.

>> Ecoutez RMC en direct

LP