RMC

Guaino chez Bourdin : « Je refuse la remise en cause du droit du sol »

Henri Guaino, député UMP des Yvelines

Henri Guaino, député UMP des Yvelines - -

Ce mercredi sur RMC et BFMTV, Jean-Jacques Bourdin reçoit Henri Guaino. De 8h35 à 9h, le député UMP des Yvelines, a répondu aux questions qui font l’actualité : droit du sol et montée du FN.

Ce mercredi matin de 8h35 à 9h sur RMC et BFMTV, le député UMP est longuement revenu sur la polémique lancée mardi par Jean-François Copé qui veut remettre en cause le droit du sol pour les enfants nés de parents étrangers en situation irrégulière sur le territoire Français. L’ancienne plume de Nicolas Sarkozy a aussi commenté l'appel de Jean-Vincent Placé aux lycéens pour qu'ils maintiennent leur mobilisation pour Leonarda.

Pas de clause de conscience pour les maires ?

8h55 - H. Guaino : « Non, je crois que le maire est un officier de la République. La loi s'applique forcément. Maintenant, on peut être en révolte contre la loi. Il est normal que le refus de la loi soit sanctionné. Les principes doivent être assortis de limites. Est-ce normal qu'un maire soit obligé de marier un couple en situation irrégulière en France ? »

Sur le mariage pour tous

8h54 - H. Guaino : « C'est un mauvais procès que l'on fait à Copé. Dans sa lettre il dit qu'il n'est pas contre l'union. L'union civile oui, le mariage non. Il impacte la filiation et je crois que Copé dit l'union oui, la filiation non ».

Le FN aux européennes et la proportionnelle

8h54 - H. Guaino : « L'élection européenne envoie au parlement européen, pas à l'Assemblée nationale. Dissoudre l'Assemblée ? Cela appartient au président de la République. Ce serait une erreur. Sur la représentation au parlement, si le FN atteint un niveau très élevé de vote, il passera les 50% et aura des représentants, des mairies, des cantons... On n'échappera pas au débat sur la proportionnelle ».

Condamnable de demander à des lycéens de descendre dans la rue ?

8h50 - H. Guaino : « Il est condamnable d'utiliser la générosité de la jeunesse. Un lycéen, c'est en classe et ça étudie. Le sujet n'est pas bien choisi en plus. On ne va pas chercher un enfant dans un bus. Mais l'indignation est hors de proportion. Et en plus la famille a menti. Le président n'avait pas à intervenir. La manipulation des lycéens par des politiciens retors est scandaleuse ».

Sur les enfants nés en France

8h45 - H. Guaino : « Aujourd'hui il faut 5 ans de résidence constante. Est-ce suffisant ? Dans quelles conditions doivent vivre les enfants ? Il y a un problème avec les familles en situation irrégulière. A 18 ans tout enfant né en France obtient la nationalité. La question de la manifestation de la volonté est très importante. Pas quantitativement mais moralement. Certains obtiennent la nationalité et considère ensuite qu'être Français est une insulte... Il faut aussi traiter le problème des multi récidivistes... Doivent-ils automatiquement acquérir la nationalité ? Je me pose la question. Quand on a été condamné 15 fois par exemple. Il n'y a pas de bons moments pour poser ces questions. Il appartiendra à l'opposition quand elle reviendra au pouvoir de traiter cette question. Si on supprime l'AME (Aide médicale d'Etat) par quoi on la remplace ? Car nous ne laisserons mourir personne. Je n'irai pas moi sur le terrain de la préférence nationale. C'est contraire à l'idée que je me fais de mon pays. Tout droit et tout principe doit pouvoir être accompagné de certaines conditions ».

Sur le droit du sol remis en cause

8h37 - H. Guaino : « Je crois que ce problème se pose de manière récurrente... Il y a eu le débat sur Leonarda. Je ne suis pas un adepte des propositions de loi quand on est dans l'opposition. Ce ne sera jamais voté. « Le droit du sol, c'est la France », avait dit Sarkozy. Je suis d'accord avec cette position. Je n'abandonnerai pas le droit du sol. La suppression du droit du sol est le programme du FN, pas le mien. Le droit du sol c'est l'ouverture, la capacité d'intégrer. C'est une bonne barrière aux dérives du droit du sang. Je refuse la remise en cause du droit du sol mais il faut comprendre que la France est arrivée à la limite physique et moral de ses capacités d'accueil. Nous avons renoncé à notre modèle républicain, il faut le reconstruire. Mais il ne peut pas y avoir de principe absolu. Pourquoi ne pas avoir une grande consultation ? ».

Le titre de l'encadré ici

|||>> Faut-il réformer le droit du sol ? Qu'en pense les internautes de RMC.fr  ? Decouvrez leurs opinions

Le titre de l'encadré ici

|||>> Leonarda : Placé doit-il encourager les manifs ?

Le titre de l'encadré ici

|||>> Faut-il changer notre politique d'immigration ?

Tugdual de Dieuleveult avec Jean-Jacques Bourdin