RMC

Guerre de l’info et de l’intox: pourquoi Emmanuel Macron exhorte les diplomates français à riposter

Dans "Apolline Matin" ce vendredi sur RMC et RMC Story, Nicolas Poincaré explique pourquoi Emmanuel Macron demande aux diplomates français de mieux riposter aux attaques subies par la France sur les réseaux sociaux dans la guerre de l’info et de l’intox.

Emmanuel Macron a exhorté les ambassadeurs français à mieux riposter aux attaques subies par la France sur les réseaux sociaux. De quoi s'agit-il? De quelles attaques? De quoi parle exactement le président? De la guerre de l’info et de l’intox. Des manipulations, des montages sur internet, de la propagande anti-française en Afrique principalement.

Emmanuel Macron vise trois pays: la Russie, la Chine et la Turquie. Il a demandé ce jeudi aux ambassadeurs réunis à Paris de riposter aux attaques en étant plus réactif sur internet. Le président faisait évidemment allusion à ce qu’il s’est passé au printemps au Mali.

En avril dernier, l’armée française venait de quitter définitivement le village de Gossi. Mais les militaires, grâce à un drone, observaient ce qu’il se passait après leur départ. Et le 21 avril, le drone a filmé un petit groupe de soldats blancs en train d’enterrer dans le sable des cadavres noirs et de photographier la scène.

Deux heures plus tard, les photos sont sur Twitter. Un compte les publie avec ce commentaire: "C’est ce que les Français ont laissé derrière eux en quittant la base de Gossi". Pour les Français aucun doute, c’est une manipulation des Russes, qui ont monté ce faux charnier.

Et le ministère de la Défense décide de riposter immédiatement. Pour la première fois, les images secret-défense filmées par le drone sont déclassifiées et envoyées à la presse. Et elles prouvent sans ambiguïté que ce ne sont pas des Français mais bien des mercenaires russes qui ont enterré les cadavres…

Le lendemain, c’est la version française qui s’impose partout, la manipulation russe est dénoncée. Les militaires français ont l’impression d’avoir gagné une première bataille dans cette guerre de l’information où jusqu'à présent les Russes étaient beaucoup plus forts… Une bataille que les Russes mènent avec leur organisation Wagner.

Wagner, c’est une myriade de sociétés dirigées par un proche de Vladimir Poutine, Evguéni Prigogine. On connaît Wagner comme une milice privée qui envoie des mercenaires se battre en Afrique ou en Ukraine, mais le groupe est aussi spécialisé dans les opérations d’influence.

Les militaires français démasqués sur Facebook

C’est le mensuel Jeune Afrique qui le raconte dans une grande enquête bourrée de révélations sur la guerre invisible entre la France et la Russie. Tous les jours, depuis Saint-Pétersbourg, des équipes spécialisées produisent des contenus éditoriaux pour alimenter la propagande russe et anti-française. Essentiellement autour du Mali.

Les Russes paient ensuite des médias africains, des influenceurs, pour relayer ces infos ou ses intox. Puis des petites mains sont payées environ 100 euros par mois pour ouvrir des milliers de faux comptes sur Facebook, Instagram et Twitter. Et voilà comment tous les jours, l’image de la France en Afrique est sapée, et comment la Russie parvient à s’implanter en Afrique francophone.

Emmanuel Macron demande donc aux diplomates français de ne plus se laisser faire. Mais en réalité, cela fait un petit moment que les diplomates et les militaires français ont commencé à réagir. Une cellule a été discrètement montée au quai d'Orsay il y a déjà deux ans. Le ministère de la Défense est très mobilisé. Mais, toujours selon cette enquête de France Afrique, les débuts sont laborieux, voire franchement amateurs.

Il y a deux ans, Facebook a fermé des faux comptes et des faux groupes qui menaient, depuis la France, des opérations de désinformation. Facebook les a fermés en expliquant qu’ils étaient visiblement associés à l'armée française. Autrement dit, les militaires français se sont fait repérer, comme des bleus, dès leurs premières tentatives de contre-propagande sur les réseaux sociaux.

Depuis, l'armée a structuré ses moyens de combats dans cette guerre d’influence. Un commandement de la cyberdéfense est installé à Rennes. D'après Jeune Afrique, il continue à utiliser des faux comptes sur les réseaux sociaux. Mais certainement avec moins de moyens que les mercenaires russes de Wagner. Et sans doute avec plus de scrupules quant aux méthodes employés…

Nicolas Poincaré