RMC

Hervé Mariton sur RMC: "Je ne serai pas candidat aux législatives"

Hervé Mariton, député Les Républicains de la Drôme, a révélé ce jeudi matin face à Jean-Jacques Bourdin sur RMC qu'il ne se représenterait pas à la députation en juin prochain. "Je n'ai pas envie de tomber dans la routine. Je n'ai pas envie d'être condamné à ma réélection", explique-t-il.

"Je crois dans la vie qu'il faut se ressourcer, inventer du neuf, se renouveler soi-même. On parle beaucoup de renouvellement en ce moment mais ce n'est pas uniquement le renouvellement par le changement des personnes. Chacun d'entre nous doit aussi être capable de changer et de se ressourcer. J'aurais été député pendant quatre mandat avec beaucoup d'honneur, de plaisir, de responsabilité. Je pense avoir fait beaucoup de choses. Mais aujourd'hui je n'ai pas envie de tomber dans la routine. Je n'ai pas envie d'être condamné à ma réélection". C'est par cette explication claire et franche que Hervé Mariton a annoncé ce jeudi sur RMC qu'il ne serait pas candidat aux prochaines élections législatives.

"J'ai envie de choses nouvelles, dans la vie publique comme en dehors de celle-ci. Je vais tout de même rester maire de Crest, a poursuivi celui qui est encore pour quelques semaines député Les Républicains de la Drôme. Quand je ne serais plus député, je vais chercher du boulot. Je veux travailler en dehors du seul champ politique. J'ai 58 ans et dans cinq cela aurait sans doute été un peu tard." (…)

"Je reste maire de Crest (Drôme)"

"Je ne vais pas abandonner mes convictions. Je ne vais pas brûler ce que je suis, souligne encore celui qui a voulu être candidat à la primaire de la droite et du centre. J'assume la notion de transmission d'héritage". Mais a-t-il été déçu par la politique, par son parti? "Oui et non, répond Hervé Mariton. La politique est une aventure humaine extraordinaire dans laquelle des hommes et des femmes mettent une énergie considérable. Mais, parfois, on se demande quel est le rendement de cette énergie, quelle est la solidité de ses convictions."

Et de déplorer encore: "J'ai été responsable du projet de l'UMP pendant deux ans et je croyais franchement que l'on avait réussi à arrimer des convictions très fortes. Mais on voit qu'il suffit d'un certain nombre d'événements pour que tout soit tourneboulé et de nouveau remis en cause". (…) "Ne pas être candidat, c'est aussi dire que j'ai besoin de retrouver mes repères, ajoute-t-il. Je mesure cette part de responsabilité qui est la mienne, (…) qui est d'affirmer des convictions, de proposer des repères et un chemin. Mais je n'ai pas envie de le faire avec un bandeau sur les yeux."

Maxime Ricard avec Jean-Jacques Bourdin