RMC

Hulot : « La marque Ushuaïa ne m'appartient pas ! »

Nicolas Hulot, le 15 juin 2011 sur BFMTV et RMC.

Nicolas Hulot, le 15 juin 2011 sur BFMTV et RMC. - -

Agacé d'être régulièrement attaqué sur le sujet - y compris dans son propre camp - le candidat à la primaire écologiste Nicolas Hulot a mis les choses au point, ce mercredi sur RMC, au sujet de l'argent que la commercialisation des produits Ushuaïa par TF1 a pu lui rapporter.

La dernière attaque en date sur le sujet avait été publique. Lors d'un débat entre les quatre candidats à la primaire EELV, la semaine dernière, Stéphane Lhomme avait parlé à la tribune de « l'image indissociable des multinationales qui ont été ses mécènes pendant des années », faisant notamment référence aux produits cosmétiques Ushuaïa commercialisés par l'Oréal. Invité ce mercredi à répondre directement aux auditeurs d'RMC, Nicolas Hulot a tenu avec l'un d'eux à mettre au point certains aspects financiers. « Je ne promeus rien », assure l'ancien animateur de télévision.

« Royalties intégralement reversées à des ONG »

« Comme vous le savez, la marque Ushuaïa ne m'appartient pas, elle appartient à TF1. J'ai essayé, en son temps, de m'opposer à l'exploitation de produits dérivés sous cette marque parce que j'avais créé un univers audiovisuel qui n'avait pas vocation à devenir une marque commerciale. Mais je n'avais pas d'arguments juridiques pour m'y opposer et j'ai bien expliqué que ça s'est fait à mon corps défendant. Pour autant, la chaîne qui a exploité cette marque a cru bon me verser un certain nombre de redevances - je n'allais pas les refuser -, que j'ai mis dans une petite société au cas où je veuille faire des documentaires ou des longs-métrages de mon côté. Mais j'avais dit qu'à partir du moment où je serais candidat, ces royalties serviront intégralement à des ONG. Notamment à racheter des terres aux indiens Kogis et Arouacos en Colombie. Et elles seront aussi affectées à une ONG tchadienne. Au moins on saura à quoi sert cet argent, je préfère qu'il aille là qu'ailleurs ».

La Rédaction